cielapeute Index du Forum

cielapeute
Il y a des thérapeutes. Pourquoi pas un cielapeute ?

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Échanges avec Bruno.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    cielapeute Index du Forum -> cielapeute -> mettez en lumière vos idées noires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Lun 24 Avr - 14:11 (2017)    Sujet du message: Échanges avec Bruno. Répondre en citant

Un dialogue par mail avec Bruno, que vous pouvez aider en l'encourageant et dont l'histoire peut aider tous ceux qui on un pere difficile, comme lui. nos premiers échanges sur ce sujet sont inclus dans mon livre " la vie, c'est pas fait pour rigoler, gratuit en téléchargement sur mon site internet http://cielapeute.com
Je copie aussi ces premiers ehcnages sur le forum, dans un post voisin, pour ceux qui voudraient le lire plus rapidement. Pour résumer, bruno a laissé un mssage sur un autre forum, pour dire que son père, champion sportif, le traite comme quelqu’un de très inférieur, le rabroue, se moque de lui, et le serine avec des reproches répétitifs. Je précise que bruno est à tahiti, et qu'il semble que les personnes voulant etre membre de ce forum et étant à l'étranger ont du mal à s'inscrire, chose dont je connais l'explication. je viens de crée un compte pour bruno, qui a cherché a se connecter, il devrait ariver à écrire lui-meme maintenant.

bruno est en bleu sur cette page

Je l’ai d’abord connu sur un site de psychologie, son témoignage public ci-dessous m’ayant interpellé :   
  Bonjour à tous,
  Je souhaiterai avoir vos avis sur l'attitude à adopter avec mon père.

  Il a eu une enfance difficile issu d'une famille nombreuse, n'a pas été loin à l'école et a vite travaillé (à 14 ans) en aidant son père dans des tâches d'agriculture et vivrières. Très jeune également, il a quitté son île (je suis de Polynésie) pour vivre sa vie et a effectué plusieurs métiers (pêcheur, ouvrier, ...) il n'a pas eu les facilités que nous avons aujourd'hui et me le répétait sans cesse durant mon enfance.
  Il s'est forgé un mental d'acier, a acquis une force phénoménale dûe à son entrée dans la vie active très jeune, s'est mis dans le body building, à remporté plusieurs trophées et médailles dans plusieurs disciplines (entre 20 et 40 ans), pétanque, windsurf, pêche, pirogue, j'en oublie...
  Entre 40 et 60 ans il a continué de ramener des médailles d'or en pirogue. Il a galéré lorsque mon frère et moi sommes arrivés. Dû s'installer, se poser et trouver un travail fixe. Il a construit notre maison de ses propres mains, c'est un sacré bricoleur aussi, un touche à tout. Bref, c'est un champion connu et reconnu ici à Tahiti. et qui a réussi dans sa vie... Je suis très fier de lui.
  Mais voilà, moi je suis asthmatique de naissance, donc je n'ai pas pu pratiquer autant de disciplines que j'aurai voulu, ni voyagé comme mon frère ainé étant enfant. Ma mère a pris soin de moi comme toute bonne mère, ma grand-mère aussi.

  Ma scolarité n'était pas des plus fameuses, je devais avoir un problème car je me faisais rosser en primaire par mon père. Je ne me rappelle pas trop pourquoi, je devais être sacrément têtu. Arrivé au collège j'ai redoublé ma 6ème et ma 3ème, pour finalement bifurquer vers le domaine professionnel, vers 16 ans donc. A ce moment, j'ai eu un déclic, et les 4 années suivantes, j'étais 1er de la classe, décroché un Bac pro avec mention puis me suis retrouvé à la recherche d'un emploi.

  Je n'aimais pas la compta, j'ai donc changé de domaine pour me mettre dans le multimédia (année 2000) en plein essor à ce moment là. Ce qui m'a permis de décrocher un petit boulot dans une boîte d'impression textile (1,5 an) pour finir dans une mairie ou j'exerce actuellement dans le domaine infographique.

  Je sais qu'il tient à ses enfants, mais je sais et ressens également qu'il n'est pas fier de nous, de moi. Il est là, présent en cas de coup dur, prêt à aider financièrement, mais me considère toujours comme un enfant, alors que je viens d'avoir 39 ans. Sans cesse en train de me contredire sur mes choix personnels, sportifs, sentimentaux. Me compare à lui, aux autres. Nous nous voyons peu, mais à peine nous voyons-nous qu'il se met à lancer une pique désagréable, comme pour me rappeler que je pratique un sport qui ne rapporte rien, que je fréquentais une femme qui n'était pas assez bien, etc, etc... Bref, j'en arrive à la conclusion que si le peu de temps qu'on se voit, c'est pour me rabaisser, me critiquer, me juger, me comparer à mes propres amis, je me demande si ça vaut la peine d'aller le voir.
  Ma mère, elle, connait mon histoire, mais ne me juge pas et a plutôt tendance à m'encourager pour aller de l'avant.

  Je ne sais plus quelle attitude adopter la prochaine fois que je vais les voir. Sachant que j'aurai droit à des remontrances.
  A l'âge de 22 ans, j'ai quitté le foyer familial en quête d'indépendance et depuis, je vis de mon côté, j’ai loué plusieurs endroits pour finalement construire ma maison où je vis depuis 4 ans et demi maintenant.

  Je sais que je n'arrive pas à sa cheville, mais est-ce une raison pour continuer de me parler comme si je n'étais qu'un raté ? Mon coach d'arts martiaux m'a dit l'an dernier que je manquais de confiance en moi. J'y travaille depuis quelques mois et ca me fait du bien d'être conseillé de la sorte, plutôt qu'autrement...

  Voilà pour la petite histoire, J’aime mon père et le respecte et suis très fier de lui, mais cela ne semble pas réciproque.

  Merci de m'avoir lu et pour vos conseils.

  Bruno

 
  Bonjour Bruno. Il y aurait beaucoup à dire en commençant par le début de votre témoignage et en réagissant dans le fil, mais je voudrais d'abord rebondir et même bondir sur la fin.
Vous dites : « Je sais que je n'arrive pas à sa cheville. »
  Mais si, et vous la dépassez d'un bon mètre cinquante au moins. Pourquoi ? Parce que vous, vous parlez, et vous parlez de votre amour, alors que lui c'est peut-être le champion de tout un tas de truc (handicapant pour votre estime de vous quand ce n'est pas accompagné d'affection, comme c'est le cas) mais pas du dialogue. Il ne fait même pas le minimum. Vous le dépassez, pas à la pirogue, mais par le cœur, parce que vous, vous ne feriez pas comme lui. Vous avez souffert par lui, et si vous avez des enfants, je suis sûr que vous avez été assez fort pour ne pas faire ce que beaucoup de gens font en pareil cas : reproduire la situation. Si vous me le permettez, je vais me nommer responsable d'une grande organisation d'exploits moraux, et au nom de tous ceux qui aiment quand on les rejette, je vous décerne une médaille d'or. Une médaille d'or de la joie, de la réussite, pas de la souffrance.
  Tel que vous êtes, vous rechignerez à la recevoir, mais prenez-là. C’est facile, elle n'existe pas. Quoique. Je crois, finalement, qu'elle existe. Pas vous ?
  Je comprends très bien ce que vous vivez, pour avoir eu un père (tres brillant aussi, mais plutôt intellectuellement, bac à 15 ans, surdoué, maths sup, math spé, etc…) qui me rejetait comme ça, et même pire. Quand j’avais une douzaine d'années, il m'avait dit, entre autres : « Si tu étais à refaire, je te referais pas », ou un jour, pendant un repas de famille, où les enfants étaient à part des grands, les enfants faisaient du bruit, mais pas moi, parce que je savais que j'allais prendre pour les autres, et il s'est levé, il m'a mis une baffe, et il m'a dit : « Ça t'apprendra ce que c'est que l'injustice. »
À des années de distance, j'ai enfin compris pourquoi. Ce n'était pas que j'étais nul, ni que je ne lui arrivais pas à la cheville. Non. C’était parce qu'il avait peur. Peur que je me souvienne et que je parle. Après deux suivis psy, j'avais enfin retrouvé mes souvenirs, que j'avais perdus en bloc, de mon enfance. Et 'j’avais retrouvé ce qui s'était passé : il m'avait abusé sexuellement. Et il avait tellement peur que je parle qu'il faisait tout pour que toute la famille pense que j'étais demeuré, fabulateur, etc... Bref, pas crédible, et ça a tres bien marché. Les gens le pensent, pour beaucoup, dans ma famille. Mais ça m'est égal maintenant que je sais et que je ne m’en veux plus, parce que je ne me demande plus si je suis stupide et demeuré, même si pas mal de gens voudraient que je continue à croire ça, dans ma famille. Alors, je ne sais pas, et je ne veux pas imaginer que votre père ait fait ce genre de chose avec vous. Je pense que c'est autre chose. Mais je ne sais pas quoi. Il faudrait que nous en parlions, si vous voulez que j'essaye de vous aider à savoir ce qui se passe, mais surtout, pour que vous vous aimiez mieux, c'est-à-dire comme vous le méritez.
  Votre père a des apparences resplendissantes, et ça lui a tourné l’esprit. Il a pris la grosse tête. Là-dessus aussi, au niveau circonférence, il est surement champion ! Vous savez, quand on ne cesse de vous encenser, vous finissez par croire que vous êtes effectivement tout à fait merveilleux. Jusqu’à ce que vous soyez passé de mode. Et là, vous redevenez ce que vous êtes. Tout nu, tout simple.
  Quand il verra ce qu'il est au naturel, votre père, il ne sera pas loin, pardonnez moi ce sourire, de se prendre pour un thon !
 
  Comme vous dit votre psy, c'est d'abord sur votre relation à vous-même qu'il faut travailler, pour retrouver l'estime de vous. Vous ne pourrez trouver naturellement les moyens d'être enfin ce que vous êtes aux yeux de votre père que quand vous serez convaincu que vous avez une valeur et qu'il ne faut pas la trainer par terre.
 
  Merci pour votre réponse. Il est vrai qu'il n'était pas très communicatif durant notre enfance, et que le dialogue passait beaucoup mieux avec notre mère, ce qui est toujours le cas aujourd'hui.
La pire chose qu'il m'aurait dite était que mon prénom lui venait de son grand-père et qu'il regrettait presque de me l'avoir donné tellement j'étais un « idiot » et qu'aucune femme ne souhaiterait faire sa vie avec moi. Ça m'a bien blessé ce jour là. Je me rappelle même qu'à cette époque, je me disais que lorsque je serais grand je lui ferai payer ses méchancetés.
Évidemment avec le temps on devient adulte et aujourd'hui je ne pense plus à me venger mais plutôt à lui dire ce que je pense réellement.

  Nous avons eu de bonnes conversations entre temps. Il aime me raconter son enfance, son parcours, par quoi il est passé, chose qu'il ne faisait pas lorsque nous étions plus jeunes. Aujourd'hui à la retraite, j'ai l'impression qu'il souhaiterait rattraper ces moments de discussion que nous n'avions pas eus, ce qui, je pense, est toujours faisable, je suis une personne très optimiste.
  Mais il est vrai qu'il suffit de commencer le débat par une pique pour que je me glace.
  Je suis aussi susceptible, d'après mon horoscope (Balance.. mon père aussi).
  Si aujourd'hui j'ose aborder le sujet, c'est suite à une rupture récente. Mon ex-compagne a subi et continue de subir les propos rabaissant de sa mère.   
  Une situation presque identique mais avec ses particularités propres à chacun. Ceci entre parenthèses.
  Donc je cherche à me recentrer sur ma personne afin de m'améliorer, mieux me comprendre, évoluer et retrouver un ciel bleu.
Merci à vous pour votre analyse très proche de la réalité.

 
  Souvent, on se met en couple avec une personne qui souffre de choses similaires à ses souffrances propres, parce qu'on se dit : « Comme ça, elle ou il va me comprendre, et on ne pourra pas se faire de mal ». Mais dans ces cas-là, on ne se rend pas compte qu'on remplace petit à petit ou dès le départ un M par un D dans le mot AIMER.
  Aider, c'est très bien, ça peut aller ensemble avec aimer, mais ce n'est pas la même chose. Il ne faut pas confondre les deux. Je pense, à vous lire, que vous avez, ou l'un de vous, a voulu plus aiDer qu'aiMer.
  Pour être capable d'aimer autrui comme il faut pour que ça dure, il faut s'aimer soi-même d'abord pour ce que l'on est en soi profondément, pour que l'autre puisse savoir, au-delà des apparences, avec qui il va. En connaissance de cause. Quand je dis s'aimer soi-même, je ne parle pas d’orgueil, d'égo, de suffisance. Je parle de l'amour et de la lumière, donc, qu'on a en soi, la découvrir, l'accepter, et la vivre.
  Cela permet de le faire vivre ensuite à quelqu'un d'autre, qui vous le rend.
  Mais quand, dans l'enfance, nous avons été mis dans le sombre, comme vous, comme moi, alors, c'est plus difficile de faire de la lumière. De savoir même qu'on en a en soi. De savoir qu'on peut en faire tout seul, sans avoir besoin qu'un autre en fasse pour nous.
 
  Je ne voudrais pas noircir le tableau, mais je pense surtout que pour que votre père se mette à vous parler, il se peut que ce soit plus par nostalgie que par autre chose, pour redevenir un champion quelque part. Comme il sait qu'il vous fascine, on peut se dire que c'est une façon facile, avec quelqu'un dont il sait aussi qu'il a soif de l'écouter, de récupérer des lambeaux d’estime de soi perdus. En tout cas, c'est une possibilité logique.
  Que vous vouliez lui dire ce que vous pensez, voilà qui est parfait, et qui montre que vous êtes en chemin de vous aimer, en commençant par vous respecter, et en ne tombant pas ni au niveau ni plus bas que celui qui vous a fait du mal.
 
  Merci beaucoup, ces paroles me réconfortent et m'encouragent à aller le voir. Je n'hésiterai pas à revenir vers vous...
 
 
  _______________________
 
 Ensuite, nous avons communiqué en privé :
 
  Bonjour Luc,

   Je viens de terminer la lecture de votre livre
J'avais l'intuition sans le savoir et je vous félicite pour sa réalisation très touchante.
 
  Je découvre effectivement ce domaine lié au spiritisme et j'ai pu reconnaitre quelques situations vécues dans mon enfance. Comme par exemple la confirmation que la première intuition, idée, ou réponse qui nous vient à l'esprit ne peut que être "l'unique" réponse, une évidence.

  Évidence que l'on met en doute au fil des années, à force de se poser trop de questions, et de s'imaginer les éventuelles réponses et conséquences.
  Je viens de télécharger votre autre ouvrage
La vie, Ça sert à faire de la lumière dans le noir, que j'ai hâte d'entamer.

  En parallèle, je vais aussi commencer l'ouvrage
Le livre des esprits, d’Allan Kardec.

  Si vous avez des conseils, je suis preneur, vous souhaitant bonne continuation dans votre œuvre.

Bruno.

 

  Bonjour Bruno

  Merci pour votre mail tres aimable. Ça fait chaud au cœur.
  Oui, écouter ce qui vient du ciel nous fait toujours du bien.
  Merci pour votre intérêt pour mes livres.  
  Très bien, Le livre des esprits.
  Pour ma part, je serais bien en peine de vous indiquer des livres à lire, puisque Marie, mon ange gardien, m'a demandé de ne pas lire de livres à part quelques-uns comme, justement, ceux d’Allan Kardec (attention aux récupérations qui sont faites de Kardec par certains pour s'ériger en VIP) et ceux de Madly Bamy, qui transmet Jacques Brel, lequel est dans la vérité.
  Marie m'a dit de ne pas lire parce qu'il y a tellement d'âneries qui sont écrites sur le sujet, et il est bien difficile de séparer le bon du mauvais.

  Mais déjà, faire commerce des paroles des anges, ça ne va pas  du tout ensemble. L’argent ne va pas avec la spiritualité. Pour cette raison, les livres qui se vendent à ce sujet sont à prendre avec des pincettes, à part ceux que j'ai cités. C’est pourquoi mes livres sont gratuits.
  Parlez-moi de votre expérience dans ce domaine, et de vos idées. J’aime échanger des mails, si je ne lis pas des livres qui se vendent.
  Bien chaleureusement.
Luc
 
  Merci pour votre réponse,
  En parlant d'expérience, j'ai abordé hier soir avec mon grand frère qui est également mon voisin le sujet des esprits, suite à la lecture de votre ouvrage, et comme par hasard, il me disait que sa compagne subissait actuellement des troubles comme des paralysies du sommeil, mais en pleine conscience.  Comme si on lui voulait du mal. Selon lui, il s'agirait de jalousies au sein de la famille de sa compagne. Elle semble très affectée par ces phénomènes, mais je ne sais pour le moment pas quoi lui dire pour aborder le sujet.  Vu que moi-même je suis en pleine découverte.
 
  Je vis seul dans ma maison voisine, bien que maintenant je sache pertinemment que je ne le suis jamais... Donc si vous avez une idée de ce qui peut bien se passer chez eux, je serai ravi d'en connaitre d'avantage, surtout si en plus de cela, il m'était possible de leur venir en aide.

 
  Pour la compagne de votre frère, il s'agit de ce que j'appelle des EBA, esprits de basse ascension. J’en parle dans la vie 1 et 2, vous trouverez dans le 1 déjà pas mal d'explications, je vous suggère d'en proposer la lecture à votre frère et sa compagne. La vie 2 est en cours d’écriture.
  Si besoin, et si le livre vous apporte des réponses qui vous semblent intéressantes, je pourrai vous recevoir en consultation via Skype. Ce n'est pas moi qui ferai fuir les eba, mais je pourrai apprendre à ces dames à s'en débarrasser, sans qu'elle aient besoin de faire appel à qui que ce soit ensuite.
 
  Je vais lui transmettre votre ouvrage afin qu'il puisse y trouver des solutions. Il pense en effet que ces perturbations proviennent de la nouvelle femme de l'ex de sa compagne actuelle. Selon ses dires (à mon frère), cette dernière (la nouvelle compagne de l'ex de sa compagne actuelle) aurait perdu de sa beauté, une conséquence d'après lui de son mal-être, de ses mauvaises pensées pouvant être à l'origine des troubles qu'ils vivent aujourd'hui. Mais une fois encore, peut-être faut-il regarder en soi-même avant de porter un jugement sur les autres.
 
  Mon grand frère
  Une petite description de mon grand frère. Il est persuadé d'être sur cette terre pour éclairer le monde. Bien que nous soyons tout deux adultes, il continue de me traiter comme si je ne savais rien de la vie, sans cesse à me dire ce que je dois faire, comment et pourquoi, juste parce qu'il est l'ainé, selon moi. En 2012 il était persuadé de la fin du monde, il a même démissionné de son travail qui ne lui plaisait plus, afin de profiter des derniers mois sur terre. Je me suis bien moqué de lui le lendemain de ce fameux jour cataclysmique ou rien ne s'est passé. Bref, aujourd'hui le connaissant par cœur, j'évite d'aborder les sujets comme les extra-terrestres, car il pourrait en parler pendant des heures. Mais c'est mon grand frère donc je le respecte et l'aime malgré tout. Il porte également le prénom que notre grand frère décédé dans l’enfance portait. Je ne sais pas si cela a des conséquences sur sa vie. Quoi qu'il en soit, je vis ma vie comme je le sens et n'hésite pas à le remettre à sa place si je pense avoir raison. Nous ne sommes plus des enfants aujourd'hui...
 
  Mon Ex :
  Je sors d'une relation avec une femme que j'aimais et que J’aime toujours.
  J'ai vu sur votre site que vous parlez de troubles cyclothymiques et je revois le comportement de mon ex-compagne avec laquelle nous partagions tantôt de merveilleux moments de bonheur et tantôt de violentes disputes, souvent pour des broutilles. Dernièrement par exemple, nous ne sommes plus ensemble mais nous sommes revus pour raison familiale, elle m'a fait tout un fromage, assez violent d'ailleurs, alors que nous étions dans une bonne ambiance, parce que j'avais vidé la poubelle de la voiture, contenant des canettes d'alcool et autres emballages de bières, dans une poubelle publique, devant le public donc... 
Pour moi, je ne fais que garder une certaine hygiène dans la voiture, et peu importe le regard des gens, cela ne m'affecte pas. Contrairement à elle qui a piqué une crise assez violente. Comme si je dégradais son image.

  Elle est très sujette au mensonge également, ce que je lui ai toujours reproché, m'a été infidèle pendant plusieurs années... On dit que l'amour rend aveugle, je lui ai toujours pardonné ses écarts de conduite.
  Bref, bien qu'aujourd'hui elle soit avec un autre homme, je sais qu'au fond d'elle c'est un être qui a beaucoup d'amour à donner et que le fait que nous n'ayons pas eu d'enfant l'affecte énormément, ainsi que moi-même, nous avons partagé 10 ans de vie commune malgré tout. Je ne lui souhaite que du bonheur et continuerai de l'aider si je peux, malgré la distance et la souffrance que je ressens de par son absence.
  Peut-être est-ce moi qui lui fais autant de mal ? C'est également la raison pour laquelle je me documente sur les EBA, l'intuition, et tout ce qui touche à la connaissance de soi-même.
Je souhaite vivement m'améliorer, ne serait-ce que pour être en paix avec moi-même d'abord, et pouvoir je l'espère, la reconquérir.

  Elle continue de m'envoyer des messages pleins d'amour, me dis que je suis l'amour de sa vie et qu'elle a besoin de moi, elle ne veut pas que je sorte de sa vie, mais elle n'est pas à mes côtés, ce qui est complètement absurde pour moi. Peut-être devrais-je ouvrir les yeux et arrêter de me voiler la face. 
  Télépathie ou pas, elle vient juste de m'envoyer un SMS à l'instant qui dit :

  —  Bonjour chéri, bonne journée (elle continue de m'appeler chéri).
Moi : Bonjour, merci chérie.Très belle journée à toi (je l'aime tjrs, donc je lui réponds chérie.)
Elle : Tu penses que tu peux m'envoyer des sous ?? Stp chéri, c'est pour moi toute seule stp (je me doutais de sa demande, mon intuition).
Moi : Je ne peux pas, désolé. Je sais que tu me comprends (ce n'est plus à moi de subvenir à ses besoins).
Elle : Ok, c'est fou ce que tu m'aimes, j'allais descendre demain mais bon, on se verra plus...    (Sorte de menace, mais avec le temps, ca ne prend plus)
Moi : L'amour, c'est pas donner de l'argent mais partager des valeurs, du temps, des rêves. C'est comme ca que je t'aime... L'argent n'est rien pour moi (il fallait que ca sorte)... Plus de réponses...

  Voilà donc où j'en suis avec elle. Elle m'a l'air si sincère parfois lorsqu'elle m'envoie tous ces messages d'amour, dans lesquels je lui manque... Mais les faits sont là, si je lui manque autant qu'attends-t-elle pour me rejoindre ??

  Me serais-je trompé toutes ces années ? M'a-t-elle réellement aimé pour la personne que j'étais ??
  Je sais qu'elle me contactera encore, cela fait des semaines qu'elle joue à ce petit jeu. Elle use beaucoup de ses charmes car elle est très belle, et elle le sait, mais de mon côté, je veux construire et plus jouer.
  Mais quoiqu'il advienne entre elle et moi, si je peux l'aider, autrement que financièrement, je le ferai car mon souhait c'est qu'elle soit tout simplement heureuse, ce que chacun de nous recherchons je pense, le bonheur.
 
  Pour mon père, j'appréhende sa réaction, sachant pertinemment qu'il ne fera que répéter ce qu'il m'a toujours dit, que c'est le travail qui compte avant tout, l'argent, que mon ex compagne n'était pas assez bien pour moi, que je ne suis pas assez fort psychiquement, bref, d'où mes échecs en sport (pas de médailles), en couple (pas d'enfants). Etc, etc…


  Je vais vous répondre un peu dans le désordre : ce qui me vient d’abord, à propos de votre frère vivant, c'est que c'est une personne qui est très sujette à la manipulation. Qu’on peut tromper facilement, donc. Parce qu'il ne s'aime pas assez et cela se manifeste par une forme de timidité dont lui seul, peut-être, est au courant, et vous êtes celui qui peut l'aider à la vaincre parce que vous avez été rabroué par votre père, probablement plus que lui. S'il est manipulable, il le compense en cherchant à vous manipuler, vous (d'où tous ces rabaissements dont vous me parlez. Probablement aussi, si, comme je le pense, il a moins été la cible de votre père que vous, il s'est senti, en quelque sorte, « volé » de son importance d'ainé auprès de votre père. Je pense qu'il s'est dit, inconsciemment, que votre père s'occupait plus de vous, donc, que vous étiez plus important pour lui, donc, que lui ne méritait pas de s'aimer comme il faut puisqu'il était moins important alors que le rang d'ainé aurait dû le placer au rang de premier. D’où le fait qu'il recherche ailleurs qu'en lui, dans quelque chose de plus grand, de plus fort (lien du père avec l'idée qu'il se fait des extraterrestres et de leur influence mystique puisque inconnue ?) et qu'il  « aspire » tout ce qui peut représenter l'autorité, l'amour du père, donc, ce qu'il ne comprend qu'à moitié (ou il affiche qu'il le comprend pour se bâtir une image à soi et à autrui) puisqu'il n'a pas été compris de son père et qu'il ne le comprend pas non plus. Votre frère est en recherche d'autorité et il s'y exerce sur vous. Vous avez donc raison de le remettre à sa place. Pour le faire réfléchir, vous pourriez lui dire, par exemple, qu'il n'est pas votre père. Que c'est lui qui a besoin d'autorité et pas lui. Lui demander pourquoi il cache sa timidité derrière son dirigisme. Et lui dire que si lui en a besoin, de dirigisme, vous, vous n'en avez pas besoin, que même, vous n'en voulez pas, définitivement. Que c'est à lui de s'aimer d'abord avant que son père l'aime ou que les extraterrestres l'aiment.
  Je pense que cela ferait avancer les choses.
  Les problèmes (que vous m'avez décrits) de sa compagne ne viennent pas de qui que ce soit sur cette terre. Il se peut cependant que les EBA   utilisent une personne comme relais, et que votre frère ait senti qui fait ce relais. Mais la personne qui fait relais n'est pas consciente de la présence d'EBA. Ce n'est donc pas elle, la cause du problème. C’est juste un outil qui s'ignore. Je pense plutôt qu'à force de faire appel à des forces qu'il considère comme supérieures parce qu'il a besoin d'autorité (besoin par là de l'amour du père) il a laissé lui-même entrer des EBA qui l'utilisent, lui, comme outil. Et que le J’aime de sa compagne la tétanise pour qu'elle comprenne que cela la bloque, que c'est trop et que c'est paralysant de devoir subir l'autorité (peut-être votre frère s'exerce-t-il aussi sur elle ?), de ne pas pouvoir dire non parce qu'on est marié et on a besoin de l'autre. Je pense qu'il est possible que la porte pour l'EBA, ce soit votre frère. La solution est qu'il commence à s'aimer pour ce qu'il est, sans besoin qu'on l'aime d'abord. Vous dites qu'il est persuadé d'être sur terre pour éclairer le monde. Nous sommes tous ici pour ça, pour faire de la lumière dans le noir. Mais on peut se dire qu'il se place d’autorité très haut dans la hiérarchie de la lumière, et que s'il fait ainsi, c'est pour qu'on le remarque, parce que depuis petit, on ne l'a justement pas assez remarqué. Ce qui serait plausible vu le complexe que vous avez avec votre père, que votre frère  a dû aussi avoir. Il y a cependant une contradiction, me semble-t-il, dans cette affirmation d'éclairer la terre : il cherche plutôt à être éclairé. Je veux dire, il va chercher ailleurs qu'en lui la lumière, il a besoin d'autre chose que de lui pour la faire. Alors que c'est en lui que se trouve le chemin de toute la lumière qu'il lui faut.
  Avoir le même prénom que votre frère disparu c'est handicapant. Parce que c'est comme si on lui avait donné la mission de remplacer celui qui a été si important (il a été tres important parce qu'il a marqué toute la famille) mais le problème est que dans les faits, il n'y a rien au-delà du prénom et de la responsabilité qui lui incombe : votre frère vivant n'a probablement jamais pensé avoir été aussi important que celui qui est parti. D’où une déception supplémentaire et un besoin de rattraper cela par tous moyens imaginables.
  Votre frère se conduit mal avec vous parce qu'il souffre de ce que j'ai décrit, si je n'ai pas fait erreur (nul n'est infaillible). Ce n'est, encore une fois, pas une raison pour laisser faire cela. Mais je crois que tous les problèmes, et celui de son épouse, et celui que vous avez avec lui, viennent d'un manque d'amour pour lui, qu'il peut tout à fait combler, mais il ne le sait pas, et c'est ce qui lui fait mal. C’est ce qui l'angoisse.
  Pour votre compagne, je peux aussi l'aider. Mais il faut qu'elle le veuille. Il faut donc qu'elle réalise qu'il y a trouble, douleur, souffrance, et pour elle, et pour les autres. Les colères sans motifs cachent toujours des EBA. Il faut les évacuer, mais seule la personne qui les fait transiter par elle peut les stopper durablement. il faut donc une prise de conscience.
  Pour la question des enfants : les enfants, avant de naître, choisissent leurs parents et leurs parents les choisissent avec leur J’aime. Un enfant peut refuser de venir dans un couple s'il voit que ce couple souffre, et le couple peut aussi refuser dans son J’aime, et non dans son conscient, de recevoir un enfant justement parce que le couple n'est pas assez stable. Je ne dis pas : « Vous allez avoir des enfants si vous réglez le problème de votre couple » (qui est mort mais qui vit peut-être toujours, tout vrai couple étant éternel) mais je dis que vous pouvez ouvrir la porte à un enfant. En tout cas, vue votre démarche et votre façon de la faire aujourd'hui, je ne pense pas que vous soyez celui qui a fait du mal à votre compagne. Il faut enlever ça de l'équation parce que c'est par là que peuvent passer les EBA qui s'amusent, du coup, à vous faire tourner des disques serinants dans la tête. Je crois, effectivement, qu'il est important que vous puissiez faire la lumière sur cette relation pour pouvoir dire stop à la souffrance qu'elle engendre. Pour cela, il faut donner à votre compagne toutes ses chances de d'abord régler le problème en elle. Puis, si elle le fait, lui dire de choisir entre l'homme de sa vie et l'homme de sa vie. Définitivement. Il n'y a pas de raison qu'elle vous laisse à un carrefour en ayant enlevé les panneaux qui donnent les directions, ou en les ayant maquillés. C'est une question de respect et il n'y a pas de vrai amour sans respect.
  Arrêter de vous voiler la face, ce serait d'abord, je crois, comprendre que vous avez assez de lumière en vous pour vous respecter vous-même et donc pour ne plus accepter qu'on ne vous respecte pas. Après seulement, vous pourrez savoir ce qu'il en est en parlant d'amour ou pas.
 
  Pour votre père, il faut vous préparer. S’il dit que votre compagne n'était pas assez bien pour vous, vous pouvez lui dire que votre père n'était peut-être pas assez bien pour vous non plus, et que c'est parce que vous aviez déjà l'habitude de ça que vous avez pris quelqu'un de moins bien.
  S'il vous dit que vous n'êtes pas assez fort psychiquement, vous pouvez lui dire que vous au moins, vous parlez, et d'autre chose que de médailles anciennes, que de verroteries, mais d'amour père/fils. Que lui n'a jamais eu la force psychique de vous aimer pour ce que vous êtes et comme vous le méritez. Demandez-lui pourquoi. Qu'est-ce qui restera de son passage sur terre ? Un podium ? Ou un enlacement entre un fils et un père ? Dites-lui que pour vous, ce n'est pas sauter et courir et être photographié qui compte, ce n'est pas l'apparence, mais la force psychique de partager avec un père qui ne le voulait pas, et qui gardait tout pour lui comme des coupes de football. Dites-lui qu'il aurait pu vous étaler avec des gants de boxe mais qu'avec le principal, ce qui est invisible pour les yeux et qu'on ne voit qu'avec le cœur, vous ne craignez personne, et surtout pas lui. Dites-lui qu'il pourra vraiment commencer à vous impressionner quand il aura décidé de se mesurer avec lui-même sur un ring où il aura à faire face à tout ce qu'il a raté avec vous. Que vous ne garderez pas de lui l'image d'un champion. Mais celle d'un homme s'il commence à échanger avec ceux qui l'entourent, sur d'autres sujets que l'orgueil.  Sinon, s'il ne le fait pas, vous n'aurez de lui que l'image de quelqu'un qui a fait de grands moulinets avec les bras pour remplacer son manque de lumière. Dites-lui enfin que si vous n'avez pas d'enfant, c'est peut-être bien parce que comme il ne vous a pas aimé comme il faut, puisqu'en plus il ne cesse pas de vous faire les mêmes reproches, vous vous êtes dit qu'un enfant ne pouvant pas être aimé, ce n'était pas possible d'en avoir un. Pour ne pas lui faire ce que votre père vous a fait à vous. 
 
  J’espère ne pas vous avoir choqué. J’ai voulu vous donner tout ce à quoi je pouvais penser, pour votre père. Comme vous disiez, vous n'êtes plus un enfant, mais vous avez peur. Peur comme un enfant qui aurait, en plus, fait une bêtise. Alors que vous n'en avez pas faite. Comme je n'ai pas comme vous le regard de votre père à porter, je vous ai donné ce qui sonnait juste à mon sens, pour rétablir les choses à votre avantage. Je pense qu'il est temps, après toutes ces années.
  Moi-même, je vous ai parlé de mes problèmes avec mon père, j'ai réussi à lui faire comprendre certaines des choses que je voulais lui faire savoir. Pas toutes. Je regrette aujourd'hui de ne l'avoir pas fait de son vivant. Et mon père était quelqu'un de tres fort et péremptoire aussi.
  C’est pourquoi je me sens si facilement à votre place. Tout cela n'empêche évidement pas que vous aimiez votre père comme moi le mien, malgré les difficultés subies.
  Mais aimer les gens c'est  aussi leur dire quand et comment ils nous font souffrir.
 
  Ne vous inquiétez pas, vous ne m'avez pas choqué. Bien au contraire, je ressens une certaine assurance du fait que vous compreniez si bien ma situation, tant vis à vis de mon père que de mon frère et également mon ex compagne.
  J'avais plus ou moins l'intuition de tout cela.
  Pour mon père, il est vrai qu'il m'a toujours fait peur, et malgré son âge avancé (74 ans) il m'inspire toujours de la crainte. Rien que par ses mots il arrive encore à me déstabiliser, et c'est un peu cette crainte que j'essaye de surmonter. Avec vos conseils, je sais que je pourrai surmonter cela.
 
  Pour mon frère, vous avez tout juste. Tant sur son comportement que sur les troubles que sa compagne subit actuellement. Comme vous le dites, il est facilement manipulable et en a fait les frais plus d'une fois. Se faisant embobiner par des entrepreneurs lors de la construction de sa maison... Et la liste est longue. Il pense avoir la science infuse et personne ne peut le contredire. Une fois seulement, j'ai osé le remettre à sa place devant les faits accomplis, et bien qu'il ait admis son erreur, ca se voyait que c'était à contrecœur... Mais il n'avait pas le choix, les faits étaient là.  J'ai bien compris ce jour-là qu'il était très susceptible et un peu mauvais perdant.
  Votre analyse me permet d'y voir plus clair sur son comportement d'aujourd'hui, de toujours en fait.
  Je l'évitais ces derniers mois car il me menait tout de même la vie dure avec ses réflexions quotidiennes, je me suis adapté et essaye désormais de ne pas trop le prendre au sérieux. Pour mon propre bien.
  Pour l'anecdote, j'ai construis ma maison en 2012, à côté de la sienne donc, et il m'avait même dit qu'il ne restait que quelques mois à vivre, pour la planète... Donc que ce que je construisais ne servait quasiment à rien. Heureusement que je ne l'ai pas écouté...
  Mais mon rôle de petit frère est de l'aider, et grâce à vous je ferai mon possible afin que sa vie s'améliore, quel que soit le domaine...
_____________
 
  Pardonnez- moi ce dernier mail, mais il fallait que je vous raconte ma rencontre d'hier, en rentrant de mon travail.
  Je m'arrête à une station pour mettre l'essence et me prendre à manger... Et à l'entrée du magasin de la station, une jeune femme m'aborde, me demandant en premier lieu si je pouvais la ramener chez elle, puis en même temps elle me demande de lui payer à manger.
  Je lui réponds donc en lui demandant comment elle était arrivée jusque-là, puis elle enchaine qu'on la déposée, c'est sa tante et qu'elle s'en est allée.
  Puis elle me dit qu'elle veut acheter à manger pour le bébé qu'elle porte (j'avais pas remarqué qu'elle était enceinte, de 5 mois) et tout de suite après, elle me demande si je ne veux pas de ce bébé...
  Imaginez ma réaction, moi qui souhaite avoir un enfant depuis plus de 10 ans, et voilà qu'une femme que je ne connais pas me propose d'adopter le bébé qu'elle porte...
  J'enchaine en lui demandant pourquoi elle ne garderait pas son bébé ? Elle me dit qu'elle a déjà 2 enfants de 2 ans, des jumeaux donc et que c'est déjà assez difficile pour elle et son mari... Elle semble ne pas vouloir garder le petit.
  J’en reviens pas et je lui dis donc que je pourrai la déposer chez elle puisque je passerai devant chez elle... Histoire de discuter sur la route.
  Elle prend un paquet de biscuits et une limonade, soi-disant pour le bébé, et je lui dis que c'est pas l'idéal comme nourriture  mais bon, ayant un peu d'argent, ca me fait plaisir d'aider donc je prends ce dont elle a besoin, c'est pas trop cher non plus.  Et pendant le trajet, elle me parle de son mari qui la bat parfois, est alcoolique, ils sont mariés et mormons, mais elle en aurait parlé à son mari déjà et il lui laisserait prendre la décision, à sa femme, donc il ne serait pas contre apparemment de faire adopter leur bébé.
  J'ai pris son numéro de téléphone, l'ai déposée à l'endroit où elle me l'a demandé et suis rentré chez moi, assez stupéfait tout de même de cette rencontre. Je lui ai dit que j'allais y réfléchir, car cela demande tout de même réflexion. Elle devrait accoucher au mois de juin-juillet..
  Incroyable non ???..
  Qu'en pensez -vous ??
 

  Je vais vous répondre  dans le fil de votre mail :

Pour mon père donc, il est vrai qu'il m'a toujours fait peur, et malgré son âge avancé (74 ans) il m'inspire toujours de la crainte.
 
  Vous avez peur de lui parce qu'à cause de son « éducation », si on peut appeler ça comme ça, vous ne vous aimez pas assez pour lui tenir tete. Ses remarques affligeantes et continuelles vous ont ôté toute possibilité de prendre suffisamment confiance en vous. Mais vous êtes en train de le faire. Mieux vaut tard que jamais, n'est ce pas ? Aussi, quoi de plus normal que de ne pas s'aimer quand un père n'a cessé de dire que vous ne le méritiez pas ? Quoi de plus normal, aussi, que de rependre, tôt ou tard, ses droits sur son amour, et donc, de rétablir la situation ?
 
Pour mon frère, mon rôle de petit frère est de l'aider, et grâce à vous je ferai mon possible afin que sa vie s'améliore, quelque soit le domaine
 
 Votre rôle de petit frère est d'aider votre grand frère ? Depuis quand est-ce comme ça ? Normalement, ça se passe dans l'autre sens. C’est le grand frère qui aide le petit. Vous avez cru bon de vous octroyer ce rôle parce que vous avez souffert par votre père, donc, connaissant cette souffrance et ne voulant pas que votre grand frère la subisse (je suis sûr qu'il ne l'a pas subie autant que vous, d'ailleurs) vous vous êtes mis entre votre père et lui, et vous avez fait tampon. Mais vous empêchez ainsi votre frère de se défendre tout seul, et c'est une des raisons qui font qu'il a toujours besoin de quelqu'un pour agir. D’autre part, aider et aimer, ça peut aller ensemble, mais ça n'est pas du tout pareil. Comme beaucoup de gens, et aussi sur le plan de l'amour, j'y reviendrai après, vous confondez aider et aimer parce qu'en aidant, vous espérez secrètement être reconnu pour vos qualités et donc  qu'on vous aime en retour. Aussi bien pour le rôle du frère que pour celui de l'époux, vous prenez les choses à l'envers. Ce n'est pas parce que vous aiderez qu'on vous aimera. Mais si vous vous aimiez enfin pour ce que vous êtes et que votre père vous a refusé, on vous aimerait tout simplement pour ce que vous êtes aussi, sans que vous ayez besoin de donner ou de faire quelque chose en échange. D’où l'importance de prendre votre père en duel, et de lui dire ce qu'il faut lui dire. Vous n'osez pas parce qu'il a cet âge-là, parce que vous avez peur qu'on vous trouve affreux de vous en prendre à une personne âgée, et il se sait, donc il ne se prive pas de continuer à vous rentrer dedans. C’est ça façon de continuer à se croire champion. Il ne s'en prive pas, comme il ne s'est pas privé quand vous, petit enfant en face d’un adulte, vous ne faisiez pas le poids et que vous ne pouviez pas lutter. Ce qui était bien plus honteux que ce que vous pourriez faire en lui disant ses 4 vérités maintenant. Parce que vous, vous ne voulez pas le dominer, vous ne voulez pas l'écraser, vous voulez lui  rendre ses souffrances, qui ne sont pas à vous, et que vous avez portées depuis tout petit. En faisant cela, vous lui rendrez service, vous l'aiderez, comme vous dites, vraiment, parce que comprendre ses erreurs est ce qui donne une chance à une personne de ne plus les faire, de les réparer, et de s'élever spirituellement.
  Oui, vous prenez les choses à l'envers. Et rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul. En quoi ? Je vous donne une image : imaginons que nous sommes tous des étoiles dans l'espace, et que la lumière d'une étoile soit son/notre amour. C’est fou le nombre de gens qui se disent : « Je m'aimerai quand on m'aimera ». Et qui ne sont pas capables de s'aimer tout seuls pour X raisons. Mais quand ils se disent cela, c'est comme si une étoile qui ne fait pas encore de lumière dans l'espace se disait : « Je ferai de la lumière quand on me verra. »
  Donc, jamais…
  Alors, on se refuse à s'aimer parce qu'on nous en a empêchés, mais aussi parce que la civilisation judéo-chrétienne nous fait penser que c'est mal de s'aimer, parce que ce serait avoir de l'orgueil, trop d'égo. Mais pas du tout. Il ne s'agit pas d'orgueil, il s'agit de prendre conscience de la lumière d’amour que nous avons en nous, de se l'approprier et d'enfin pouvoir la vivre !
  Il est temps que vous voyiez l'amour en vous, de façon à ce que personne ne puisse plus le mettre en doute et donc, vous l'enlever.
 
  Votre ex compagne : pour moi, c'est tres clair, c'est purement et simplement une profiteuse. Elle profite de ce que je viens de dire : vous avez besoin qu'elle vous aime pour vous aimer vous-même, alors, tant que vous lui donnez ce qu'elle cherche, qui n'est pas vous mais votre argent, elle vous tient avec cet hameçon-là. Vous êtes une très belle dorade coryphène au bout de sa ligne. Et vous vous demandez si elle vous veut par amour. Alors que c'est juste parce que vous êtes bon à manger de temps en temps. Réagissez avant de n'avoir plus que la peau sur les arêtes.
Vous dites que vous l'aimez. Je crois qu'il y a du désir, oui, mais que cet amour, c'est plutôt une chance que vous voudriez lui donner d'être enfin vraie, parce que vous lui êtes tres supérieur spirituellement, comme un ange pour une personne qui ne l'est pas encore, et ce qui vous fait de la peine, ce n'est pas tant le gâchis du divorce, ni le manque d'enfants, ni le manque de reconnaissance de sa part, c'est le fait qu'elle ne prenne pas sa chance d'être dans la lumière, de faire quelque chose de beau, de vrai, de fort. Vous êtes « presque » conscient des mensonges qu'elle vous a servis, votre J’aime vous le dit et vous vous le suggérez à chaque fois qu'elle vous sollicite. Seulement, c'est plus fort que vous, il faut que vous vous lui donniez sa chance, encore et encore. Ce n'est pas ça qui est mauvais. Ce qui est mauvais, c'est que vous vous laissez faire par l'EBA qui passe par elle, et qui vous tient parce qu'il vous fait croire que si vous l'aidez, elle vous aimera. Et qui vous fait croire qu'il faut que quelqu'un vous aime pour que vous ayez la preuve que vous pouvez vous aimer. Alors que vous l'avez, cette preuve. Regardez les choses en face : qui aime l'autre, qui agit pour l'autre, qui offre sa lumière et plus encore, qui s'est ruiné pour l'autre ? Est-ce que c'est elle ? Voilà, avec cet angle d'approche, vous avez de quoi commencer à vous aimer pour votre lumière toute simple et belle, et vous avez de quoi lui dire stop. Parce que quand vous vous aimerez pour ce que vous êtes, alors, vous serez rayonnant, une femme vraiment faite pour vous le verra, et elle ne se dira pas : « Mon Dieu, celui-là, il va falloir l'aider plutôt que l'aimer, ouh la, il ne s'aime pas, il va falloir le rassurer tout le temps, et si j'y arrive, je pourrai monnayer ça, parce que c'est ça ma valeur et je me serai bien sacrifiée pour lui ! » Double erreur que celle-là encore. Parce que vous donnez, ainsi, le bâton pour vous faire taper dessus.
  Les enfants ne naissent pas facilement de couples comme ceux-là. Tout simplement parce qu'il n'y a ni réel amour accompli entre les parents ni équilibre pour les enfants à la clé. Je pense que c'est là la vraie raison pour que vous n'ayez pas eu d'enfants. Vous les avez appelés, oui, mais ils n'ont pas voulu venir et ils ont bien fait parce qu'ils auraient subi toutes les souffrances, fruits des malentendus de ce couple. Si vous aviez été enfant à venir, vous auriez aussi fui ce couple, et vous auriez cherché une vraie histoire. Je ne veux pas dire que vous n'étiez pas sincère dans votre couple, vous, je pense que j'ai été clair là-dessus. Mais elle ne l'était pas. Et vous attendiez quelque chose de ce couple que vous ne pouviez pas recevoir parce que vous n'offriez pas déjà votre amour à vous pour vous dans la base de ce qui s'était construit.

  Mais quoiqu'il advienne entre elle et moi, si je peux l'aider, autrement que financièrement, je le ferai…

  Voilà une phrase qui illustre bien mon propos et qui me dit en fait : « Quoiqu'il arrive, je resterai prisonnier de ce système parce que c'est le seul que le connais et que j'aie expérimenté à fond. »
A-t-il porté ses fruits, ce système ? Ils sont immangeables, ces fruits. Vous-même, vous n'en voulez plus (« De mon côté, je veux construire et plus jouer. ») mais vous voulez continuer à faire marcher les choses dans le même sens. Parce que ce n'est pas tant l'aider que vous voulez, au fond, c'est trouver en elle la reconnaissance qui, croyez-vous, vous permettra de vous aimer (si elle vous la donnait, ça ne marcherait que quelques secondes, parce que ce serait un nouveau mensonge) et parce que votre J’aime veut lui donner sa chance de bien agir.
  
  Je crois qu'elle en a eu suffisamment pour le moment. Et que c'est à quelqu'un d'autre de lui donner sa chance. Vous avez fait ce qu'il fallait, vous n'avez pas à vous en vouloir que ça n'ait pas marché. Et d'ailleurs, dans ce que vous écrivez là, à propos de l'aider, si vous continuez, vous faites exactement le contraire de l'aider. Parce que vous la confortez dans son rôle de séductrice pour de l'argent, qui est une forme de prostitution, (de l'amour faux contre de l'argent, ce n'est pas autre chose que de la prostitution) et vous ne lui donnez pas vraiment sa chance de sortir de ce schéma. Une vraie aide serait cesser ce cercle vicieux, cesser de donner moralement et matériellement, pour qu'elle ait une possibilité de voir qu'elle n'a fait que se vendre jusqu'à présent. Et qu'il faut arrêter.


  Pour cette femme qui vous propose un enfant : c'est extrêmement douteux et louche. Vous qui avez déjà donné pour recevoir ce que vous n'avez jamais reçu, vous voila reparti sur cette pente dangereuse. Une femme qui est prête à cela, qui plus est en accord avec son homme, fait penser à une association prostituée-proxénète. Elle est capable de vous gâcher une vie entière ensuite en réclamant sans fin des dédommagements matériels et moraux. Feriez-vous comme ça, vous, si votre femme était enceinte ? Lui diriez-vous : «  Va proposer au premier type venu de prendre le gosse » ?   
  Si vraiment vous ne pouviez pas élever cet enfant, n'iriez-vous pas plutôt vers une personne amie, que vous connaitriez par cœur, pour que l'enfant soit en bonnes mains ?
  D’autre part, puisque j'ai adopté deux enfants du Vietnam, je peux vous dire une chose : une adoption ne se fait pas en tirant des plans, ni juste sur un papier, tout officiel qu'il soit. Une adoption, c'est mutuel. Ce n'est pas parce que vous aurez adopté un enfant, même dans les formes, qu'il vous aura adopté, lui, ni qu'il vous adoptera. Cela peut même ne jamais se faire. Preuve : j'ai adopté deux jumeaux, l'un m’a adopté et vit avec moi, l'autre ne m'adresse plus la parole depuis trois ans (ils ont 18 ans) et est avec sa mère adoptive.
  Au lieu de vous précipiter sur le piège que vous tend l'EBA, parce que vous ne vous aimez pas assez vous-même, et que vous comptez illusoirement sur l'amour d'un enfant pour compenser cela (au moins un temps, un enfant ne peut pas refuser d'aimer celui qui le nourrit et le câline, mais en réalité, peut-on forcer un enfant à nous aimer ? comment quelqu'un peut il nous aimer si nous ne nous aimons pas ?), dites-vous une chose lumineuse :
quand vous vous aimerez, que vous rayonnerez, que la femme qui est faite pour vous verra cette lumière (attention à ne plus prendre quelqu'un pour l'aider et pour être aimé mais pour échanger de l'amour vrai) un enfant voudra venir chez vous. Il naitra dans votre amour. Et si physiquement, vous ne pouvez avoir d'enfant, vous pourrez alors en adopter un, mais pas n'importe comment, et en sachant tout de même que cette adoption a vocation, mais pas pour résultat acquis à l’avance, de devenir réciproque.
  Ce serait mieux d'avoir un enfant dans l'amour, en tout cas. Non ?
 
  Je suis scotché mais en même temps rassuré par vos propos saisissants de vérité. Je sais à présent ce qu'il me reste à faire, grâce à vos précieux conseils, à votre lumière qui me permettra de m'éclairer moi-même avant tout.
  Merci également pour votre avis sur cette femme qui souhaite donner son enfant. J'avais besoin de votre vision et cela me réconforte, j'ai encore tant de choses à apprendre sur la vie. Pour mon ex, elle a souvent employé ce terme de profiteuse que je ne souhaitai pas reconnaitre, me voilant la face en désirant ardemment son amour. Je vais prendre du recul et me concentrer sur ma propre lumière. Je reconnais que depuis que je me retrouve seul, j'ai l'impression de renaître, moins d'inquiétude pour elle, plus de temps pour m'éclaircir l'esprit, développer mon J’aime, rallumer ma propre lumière. Je commence à y voir plus clair dans ma vie. C'est ce que je souhaitais depuis l'an dernier, voyant que cela ne fonctionnait pas, que nos lumières ne brillaient pas, voire s’éteignaient. J'ai encore du travail de mon côté, surtout avec mon père qui pour moi devrait m'apporter beaucoup, ainsi que pour lui et mon frère également.
_____________
 
  Elle vient encore de me demander de l'argent...
Voici ma réponse : Bjr, décidemment je pensais compter plus que ca pour toi... Mais je me suis trompé.
...

  Je ne veux plus qu'elle m'envoie ce genre de message, j'espère qu'elle comprendra cette fois. Il est temps qu'elle se prenne en charge, c'est fini ce temps là.
 
  Bien ! Bravo. Si elle insiste, demandez-lui de l'argent à votre tour. Plein de fois.
 
 
...

  Vous avez de l'humour… J'y avais pas pensé. On verra si elle demande encore…
 
  Je crois qu'il faut que vous commenciez à vous amuser. Prenez cela comme un jeu. Il vaut mieux que ce ne soit plus vous qui souffriez ou qui enragiez. Que vous ne soyez plus celui qui se pose les questions et qui n'a pas de réponse sûre. Au moins, si vous lui demandez des sous avec autant d'insistance qu'elle pendant une petit période, elle aura une réponse sûre. Et vous aussi, vous vous la serez offerte, cette réponse, parce que vous  l'aurez mise en pratique.


 
 
Félicitations pour la sortie de votre second ouvrage.
Concernant le premier "La vie, ca sert à faire de la lumière dans le noir", je l'ai terminé la semaine dernière et l'ai trouvé très inspirant... je vais en relire certains passages.
Le passage où vous parlez des conséquences que le corps peut subir par l'intermédiaire de son âme (douleurs aux membres notamment) pour lui faire comprendre une situation à remettre en cause m'a particulièrement marqué.
Depuis l'an dernier, où j'ai eu connaissance que mon couple battait de l'aile, j'ai enchainé des blessures physiques très paralysantes, occasionnées pendant la pratique de mon sport actuel, le jiu-jitsu brésilien, un art martial dérivé du judo que je pratique depuis bientôt 3 ans.
Juillet 2016 côtes félées, décembre 2016 genou droit disloqué, janvier 2017 coude gauche disloqué, et février 2017 genou droit...  
Toutes ces dates correspondent à la période dans laquelle je n'étais pas bien avec moi-même, avec mon ex.
Bien que je me doutais (intuition certainement) que cela avait un lien, je n'y avais guère prêté réellement attention (à moins que ce ne soient les EBA qui m'empêchaient d'ouvrir les yeux)....... jusqu'à ce que vous le confirmiez dans votre premier ouvrage.
Tout simplement bluffant mais si réel.
Aujourd'hui, mon corps s'en est remis et j'ai pu reprendre la pratique de mon sport favori. Mon esprit également commence à y voir plus clair.
Je vis seul depuis 4 mois maintenant et je travaille beaucoup sur moi pour me retrouver, faire le bilan, m'améliorer et partager mon amour.
Bien que parfois j'ai des moments de solitude, de blues, je me sens mieux de jour en jour, je prends soin de moi, je m'accepte comme je suis et j'apprécie qui je suis !
Méditation le matin avec des affirmations positives, hygiène alimentaire, reprise du sport... la vie est belle

 
J'ai commencé la lecture du "livre des esprits" mais je vais prendre mon temps car il est d'une autre époque et je ressens vite une fatigue durant sa lecture.
Peut-être le ton employé ? Contrairement à vos ouvrages très clair et de notre époque... des termes faciles à assimiler.
Bonne journée à vous, et mauruuru comme on dit en tahitien, qui veut dire merci.
Bruno
____________________
pour le message de votre j'aime, passant par votre corps, il est très clair. ce sont des articulations, votre j'aime vous dit : il ne faut pas plier, parce que ça passe ou ça casse, là ça casse. et je ne veux pas que tu la laisses me casser. cela dit aussi, tjs a cause des articulations, " tu es desarticulé parce que  tu te laisses diriger comme un pantin. alors, je casse là où il y a les fils. pour les côtes, c'est, " je ne respire pas, ça m'etouffe. en faisant comme ça, tu m'empeches de respirer. "
luc
________________
 
woaw, j'aurai mieux fais de suivre mon intuition ce coup là
...  aujourd'hui, ayant gagné en confiance, je préfère le prendre avec de l'humour, ca m'aura servit de leçon..
.. un pantin, triste réalité....  heureusement qui fait partie du passé.
 
sinon "iaorana", ça veut dire "bonjour" en Tahitien... et mauruuru merci...  et pour l'abus de rhum, je vous dirai "manuia"... qui veut dire "'santé" .. au moment où l'on trinque

..
Félicitations pour vos guérisons, je suis certain que la personne en question va mieux aujourd'hui, grâce à vous. C'est une réussite !
Concernant mon père, nous nous sommes revu, et il penses, comme il l'a toujours pensé d'ailleurs, que j'irai mieux désormais, que je vais pouvoir m'envoler
.
.. ça me fait penser à une phrase que l'on entend souvent ..."mon père avait raison"... phrase reprise dans des chansons aussi (lucky dube)
Il est vrai que mon ex leur a également fait voir de toutes les couleurs à eux aussi, mais empathique comme je suis, je sais maintenant qu'il s'agit des EBA qui influençaient son comportement.
Entre parenthèses, je suis gaucher de naissance, un détail peut-être mais j'ai vraiment l'impression d'être différent... mais je fais avec, et cela ne me gêne pas, je suis heureux de l'être.
Je viens d'ailleurs de faire un test sur le net, pour savoir si l'on est neuro-gaucher ou neuro-droitier.... , 10 questions.... et j'aurai réussi un coup de maitre,... je suis parfaitement équilibré, ni l'un ni l'autre... ça me rassure vraiment, même si je prends ce genre de test au second degré. Je pensais que j'étais neuro-droitier vu que la plupart des gauchers le sont, toujours d'après les ressources d'internet... 
oui, j'adore la lecture depuis quelques années et j'essaye d'apprendre un peu de tout (jardinage, arts martiaux, spiritisme, .... bref, de tout ! la vie est si courte... ) notamment sur internet.., j'essaye évidemment de ne pas tomber dans les hoax et autres messages perfides menant vers le côté obscure de la force, comme les éventuelles fin du monde.
...
Pour mon père, donc, je n'ai pas réellement abordé le sujet de mon éducation. Nous nous sommes vu à l'occasion des 63 ans de ma mère lors d'un diner. Nous avons partagé un bon repas avec leurs amis, et la famille..
c'était une soirée conviviale et chaleureuse que j'ai apprécié.
Je pense que dès lors que je suis heureux, mes parents le sont aussi, donc je me concentre là-dessus.. une priorité pour moi en ce moment.
_____________

merci pour les traduction de mos tahitiens. c'est bien que vous vous soyez revus avec votre pere et que cela se soit bien passé parce qu'il sent que vous devenez fort. mais je pense que vous ne pourrez pas echapper à lui dire son fait, parce que sinon, vous en souffrirez plus tard et meme si vous y etes habitué, il y a des soufrances comme cele la qui font qu le J'aime nous adresse des utlimatums. comme pour vos articulations. Je ne veux pas vous faire peur, mais continuer à vous aider à etre pret pour le jour ou il faudra. Vous pardonnez, c'est vraiment tres bien. mais le pardon n'est parfait que quand il y a réparation de la part de celui qui a mal agi. et il faut aussi pour cela que lui meme demande pardon.
Luc
_______
vous avez certainement raison pour mon père.
Je viens de vérifier la définition d'un terme qu'il a employé durant le diner pour me qualifier auprès de ses amis, et je penses aussi, pour amuser la galerie...
j'aurai aimé être sourd maintenant que je viens d'avoir la définition du terme qu'il a employé.
..
Effectivement à un moment, j'entendais donc les conversations à ma droite, où mon père était assis, juste à ma droite.. je m'étais mis là exprès pour être en sa compagnie... à sa gauche donc.
j'aurai mieux fais de m'asseoir ailleurs..
..
donc, à un moment, bien que regardant à ma gauche où se trouvaient mon frère et d'autres membres de la famille, je tendais mes oreilles à droite (du côté de mon jaime donc)
Tout le monde étaient en couple, nous étions pas loin de 20 personnes attablées au resto... et voilà qu'à un moment donc, une amie de ma mère qui aborde le sujet des enfants.
Mon grand frère, assis à ma gauche est père d'une grande fille de 20 ans environ, et donc l'unique petite-fille de mes parents..
bien évidemment, après mon frère à mon tour, et ma mère indiquant donc que pour le moment, je n'avais pas d'enfant.. et voilà pas que mon père, légèrement alcoolisé.. un détail, ..... lance haut et fort vers le groupe d'amis, presque en se moquant, si ce n'est le cas, j'arrive toujours pas y croire d'ailleurs...alors qu'il n'était pas dans la conversation, donc il s'exprime en tahitien, sachant certainement que je ne suis pas câlé dans cette langue, et dis que je suis :
"niuru"....
.. sur le moment, je savais que c'était plutôt une moquerie, qu'une flatterie... j'ai donc mémorisé le terme afin d'en trouver la définition plus tard, chose que je viens de faire ce matin, après la lecture de votre email.
Il existe en effet un site local qui traduit la langue tahitienne en français, cela vous servira peut-être aussi : http://www.farevanaa.pf/dictionnaire.php
et si vous tapez le terme qu'il a employé... " niuru" .. , vous comprendrez certainement la tristesse que je ressens aujourd'hui, surtout venant de son propre père.
Il l'a répété au moins 3 fois pour que ses interlocuteurs saisissent bien le sens du terme...  je ne comprends vraiment pas ce que cela a pu lui apporter.
d'autant plus que si vous cherchez sur wikipédia par exemle, la définition du terme traduit... je comprends pourquoi ce terme a été utilisé..... (soupir)
 
J'ai également déja surpris étant enfant, des dialogues entre ma mère et mon père, avec des termes contraire à valorisant.
C'est comme si cela ne s'était jamais arrêté, maintenant que j'y penses.
 
Il est vraiment temps pour moi d'ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe autour de moi.
Ceci et cela expliquerait certainement tout un tas de choses, de conséquences, et une prise de conscience qui devient plus qu'urgente me concernant.
____________
Pour info, ce qui est à droite, c’est l’ange. Le J’aime est au centre.
 
 
___________
Merci pour la précision, mon ange à droite... et mon jaime au centre.
.. Pensez-vous que mon histoire mise noir sur blanc pourrait m'apporter du positif dans ma vie ?..
Je veux dire par là que le fait que les futurs lecteurs ressentent de la peine ou autre émotion à mon encontre ne risque-t-il pas d'influencer le déroulement de mes jours à venir ?


_____________
oui, mettre sa vie noir sur blanc, c'est poser sur une chose, en l'occurence du papier, ou un ecran, bien des problemes qui s'allegent, du coup. ecrire est une excellente thérapie. c'est ce que je fais en écrivant. et vous me disiez que ça vous apportait du positif. donc, forcement, ça m'en apporte aussi. si vous avez ressenti des emotions en me lisant, ça m'a fait du bien parce que ça vous faisait du bien de comprendre tout un tas de choses par lesquelles je suis passé, et je les écris pour que ceux qui passent par là en souffrent moins. donc, ça a influencé mes jours a venir que vous me lisiez, et c'est grandement tant mieux ! parce que ça prouve que si ça vous ouvre les yeux sur vos possibilités d'aller mieux, mon procédé marche puisque il est fait pour ça, et ça peut le faire pour d'autres qui ont besoin de moins souffrir autant que vous.
il n'est pas question de mettre vos écrits sur le net si vous n'y etes pas pret. c'est pour ça que je vous demande. cela dit, si vous n'y etes pas pret, c'est parce que cela vous donne une impression de chemin de non retour. c'est a dire que si d'autres vous lisnet, vous avez l'impression que vous vous engagez à aller vers une solution, et a aboutir a un vrai mieux etre. en cela, si vous avez ecrit sur l'autre forum, pour dire vos problemes, c'etait pour en sortir. là, vous en avez trouvé une vraie possibilité, et ça vous fait peur, c'est tres courant. parce que vous avez peur de ne plus être important pour les autres si vous n'avez plus vos graves problemes. comme tant de gens dans un situation difficile, vous vous demandez "comment on va s'interesser à moi, si je n'ai plus de souffrance ,"
c'est bien peu vous aimer, cela, vous ne trouvez pas ?
il faut aller au bout de l'idée que vous avez eu le courage de lancer en ecrivant vos soucis. Il faut vous placer dans la perspective de ciueillir un jour ce que vous avez si bien semé ce jour là, et non vous placer dans l'anti miracle dans lequel vous etes, qui consiste a dire, je suis habitué. mais non, ça va, à la limite, je n'ai rien demandé.
lisez notre echange ci dessous, et voyez comme les eba arrivent à vous persuader que vous etes une mule, une mule, ça porte des charges lourdes, ça ne se plaint pas, cest fait pour ça. lisez ce mot que l'eba a mis dans la bouche de votre pere, image qui n'est pas du tout en relation avec un manque d'enfant, ( donc qui tombe comme un cheveu sur la soupe de sa part à ce point de la discussion ) mais avec le poids que l'eba vous met sur le dos. lisez comme vous me dites que quand vos parents vous voient heureux, ils le sont aussi, ( phrase directe de l'eba qui vous aveugle et qui passe par vous, pour faire durer la situation) et voyez comme il le fait  par le mot mule, qui vous blesse gravement alors que votre pere aurait pu trouver bien pire et l'a deja fait. voyez comme ce mot précis vous touche, parce que confusément, vous sentez que cest l'eba qui vous attaque.
vous n'avez pas envie de le foutre dehors ? et dehors de votre pere aussi ? si vous n'en aviez pas envie, vous n'auriez pas parlé publiquement de ce probleme. je crois que la résolution du probleme doit etre publique aussi, et que votre J'aime vous dit là : tu t'es deja lancé, et tu ne peux deja plus reculer. et tu as bien fait. saute ! saute le pas, et profite enfin d'etre ce que tu es. respire !
_____________
ce n'est pas vraiment que je souhaite à tout prix que l'on s'intéresse à moi, cela n'est pas une priorité pour moi.
Mais sur le point que j'ai commencé à écrire mon histoire afin de trouver une solution, vous avez tout à fait raison, et vous avez mis de la lumière sur beaucoup de points qui m'étaient inconnus jusqu'alors, et je vous en remercie encore.
C'est juste qu'à la base, je ne pensais pas que tout ceci pourrait finir dans un livre, et c'est juste cela qui m'interpelle.
Au final, c'est juste une question de support, qu'il soit numérique ou papier, le plus important est que tout ceci puisse aider d'autres personnes qui vivraient des évènements identiques.
Donc je vais suivre votre conseil, et sauter !!
Je VEUX effectivement respirer, d'autant plus que je suis asthmatique de naissance, mais me suis toujours battu pour aller mieux (physiquement). D'où mon attrait pour les sports nécessitant un bon cardio, permettant de combattre indirectement cette maladie que je traine depuis tout petit.
Je ne peux plus reculer comme mon jaime me le dit. Et je suis sûr que si nous avons repris contact cette semaine, alors qu'il y a une semaine exactement, j'ai revu mon père.. il n'y a pas de hasard.
Bruno

____________
Il n'y a pas de hasard, Bruno.
quand vous dites que  ce n'est pas que je souhaite à tout prix qu'on s’intéresse à moi, ce n'est pas une priorité pour moi", c'est votre J'aime qui me parle et qui vous parle à vous même, pour vous dire " tu vois, tu ne t'aimes pas assez. quand tu t'aimeras assez, tu auras ce qu'il faut pour ne plus laisser ceux qui devraient t'aimer ne pas seulement te respecter. "
donc, je mets en ligne. et je vous félicite pour prendre ainsi votre courage à deux mains.
le mot "respire" de votre J'aime me semblait en effet empli d'un sens entier, et très important.

ce qui me frappe dans ce que vous dites de ce mot "niuru" qui veut dire mule ( croisement d'une jument et d'un âne ), c'est, comme je vous le disais, que ça n'a aucun rapport avec la conversation en cours au moment où ce mot sort, pas de relation avec l'idée de ne pas avoir avoir d'enfant la dedans, et c'est pourtant un reproche que votre pere vous sort tout le temps, ce sur quoi il s'appuie pour vous faire boire la tasse. ce mot mule n'a aucun rapport, parce que c'est l'eba qui se demasque ici, il le dit, ce mot, pour vous trois, pere, mere, enfant. il insulte les trois. car dans cette idée que vous seriez une mule, il y a le fait que la mule étant engendrée par une jument et un âne, votre père, vous ayant engendré, se traiterait lui meme de mule, et il traiterait sa femme de jument. en fait, il ne se rend pas du tout compte en disant cela d l'offense qu'il se fait a lui meme, et qu'il fait à sa femme. quand à celle qu'il fait à son fils, n'en parlons pas, il est habitué. ce mot mule vous fait tres mal , non pas parce que c'est uen insulte grave pour vous, mais parce que vous sentez que la dedans, il y a offense pour vous trois et que votre pere est a ce point manipulé qu'il ne s'en rend pas compte, et que le reste des convives non plus.
il y  a en effet plus grave que de traiter son fils de mule. tete de mule, par exemple, c'est un mot qu'un pere peut dire à son enfant sans vraiment l'agresser en en tout cas pas en le reniant, mais ce peut etre utile pour que dire à son fils qu'il le trouve tetu. cela me fait penser ( et je le dis, non pour que vous me plaigniez, mais parce que cela vous permettra de voir ce qu'est vraiment une offense personnelle comparativement a une offense venant d'un eba, quand j'étais petit , jusquà mes 15 ans surement, on pere, dont je vous ai dit deja qu'il était tres dur avec moi parce qu'il m'avait violenté dans ma petite enfance et qu'il avait tres peur que j'en parle, donc, il me rabaissait sans arret pour que ne me prenne pas l'idée et me révolter et de parler de tout ça, à d'autres, mon père, donc, me traitait souvent de "prend du rond". chose que je ne connaissais pas, et qui était de largot, issu du vocabulaire de sans antonio, dont mon pere était féru, et moi aussi d'ailleurs quand j'ai grandit. cette expression tres peu courante n'avait de sens pour personne sauf pour lui, en fait, car elle n'est pas connue du tout. mon pere poussa la provocation juusqu'à me faire découvrir san antonio, livre dans lequel j'allais trouver cette expression, mais sans la comprendre, car elle n'était pas expliquée. il y a un ou deux ans, j'ai trouvé le sens de ce mot. Il veut dire " celui qui prend un sexe d'homme dans l'anus". autrement dit "enculé".
quand on sait ce qu'il m'avait fait, quand j'étais tout petit, qui était exactement ça, on voit le cynisme et la volonté claire et delibérée de mon pere de me rabaisser et de se moquer de moi dans des proportions inouïes. bien sur, il n'était pas seul , bien sur, il y avait ausi un eba derrière. mais mon pere savait excatement ce qu'il disait, et ce que cela impliquait sur le moment mais aussi pour l'avenir, pour quand il ne serait plus là, et que je comprendrais enfin ces mots. il était complice avec l'eba. La seule chose qu'il ignorait, dans l'affaire, c'est qu'il y avait un eba avec lui.
votre pere, lui, non seulement ne sait pas qu'il y a un eba, mais le transmet sans aucune reflexion personnelle. il est completement manipulé. Vous pouvez donc tirer de cela une info précieuse : oui, votre pere n'agit pas bien, c'est sur. Mais à chaque fois qu'il vous envoie un mot qui vous blesse, realisez que c'est l'eba qui vous parle. vous pouvez tres bien, la pochaine fois, lui dire cela, et lui mettre le nez dedans, en lui expliquant que la dernière fois, il vous a traité de mule, mais il s'est traité d'ane et sa femme de jument. et qu'il est manipulé, puisqu'il ne s'en est mme pas rendu compte. ne lui dites pas par quoi il est manipulé. flanquez lui ce point d'interrogation mahousse dans les mains, qu'il marine un peu. et a chaque nouvelle attaque, dites lui, je te pardonne parce que tu ne sais meme pas que ce n'est pas toi qui parles. et envoyez un sourire a l'eba. dites lui que vous savez son jeu maintenant, et que du coup, ça cesse de vous toucher.
Luc
______________________
je vous remercie pour la réponse et la traduction de l'EBA envers mes parents et moi. 
 
Mon père n'est pas croyant, ayant été déçu durant sa jeunesse et également durant notre enfance par les comportements de soit-disant chrétiens qui auraient plutot fait preuve d'hypocrisie au lieu de fraternité, il croit qu'une fois qu'on meurt, et bien c'est la fin. Ni enfer ni paradis, ni réincarnation, juste la fin de la matière.
 
Vous me donnez de précieux conseils et bien que je sois offensé par les paroles de mon père, grâce à vous je me porte mieux et appréhende moins notre prochaine rencontre. Merci. 
 
Je comprends de mieux en mieux mon manque de confiance et d'estime personnelle. Mon jaime le ressentait depuis toutes ces années mais je ne comprenais pas, je restais dans le noir. J'ouvre les yeux de plus en plus. Je ne pensais vraiment pas que cela pourrait aller et venir d'aussi loin tout en étant si omniprésent à la fois.
 
Je vous avouerai que j'en reste toujours bouche bée tellement je le vis au fil des jours, mais heureusement avec beaucoup moins d'appréhension et de crainte.

 
bruno
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Avr - 14:11 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Lun 24 Avr - 14:20 (2017)    Sujet du message: Échanges avec Bruno. Répondre en citant

Je suis heureux de voir que vous arrivez à avancer dans le bon sens, et je suis impatient de vous lire quand vous raconterez comment vous aurez franchi le pas.
j'espère aussi que le compte que je vous ai créée pour que vous puissiez vous exprimer sur ce forum fonctionnera. ça ne marche pas bien avec les gens qui sont loin, semble-t-il.
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:03 (2017)    Sujet du message: Échanges avec Bruno.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    cielapeute Index du Forum -> cielapeute -> mettez en lumière vos idées noires Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com