cielapeute Index du Forum

cielapeute
Il y a des thérapeutes. Pourquoi pas un cielapeute ?

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

reves de K

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    cielapeute Index du Forum -> cielapeute -> interprétations des reves
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 11:12 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

voici un echange qui peut etre tres utile à d'autres, concernant les interprétations de reves. il s'agit ici des reves de K, jeune fille de 16 ans, ensemble recueilli sur un autre forum, cet ehcnage se poursuivra ici.





Bonjour !


Je dois dire que cette nuit, un rêve m'a particulièrement touchée et marquée... Laissez-moi vous remettre dans le contexte d'abord.

Moi et ma mère, nous sommes très proches. Mon père et moi aussi mais je me sens plus complice avec ma mère qu'avec mon père même si on rigole plus avec lui et qu'on peut se permettre plus de choses quand on est deux, que ma mère n'est pas là.
J'aime ma mère comme une folle, je n'imagine pas ma vie sans elle, mais alors VRAIMENT pas. Je vois actuellement la psy de mon lycée parce que depuis 2 petites années je me sens très stressée et depuis que j'existe, j'ai une émotivité excessive en moi. Bref, je suis hyperémotive.
Ma mère étant très stressée du travail dans lequel elle est employée, elle peut me redonner son stress facilement, malheureusement, elle crie souvent (pas pour rien, je le conçois) parce qu'elle est stressée. Mais ça n'enlève en rien l'amour fou que nous entretenons ensemble.
Ma psy m'a aussi dit qu'elle a l'impression que je m'inquiète pour ma mère et que je veux absolument la protéger.
D'où ce rêve : ...

Je ne sais pas vraiment s'il s'agit d'un cauchemar, je ne peux pas dire qu'il s'agit d'un beau rêve (ah ça non !) mais de là à qualifier cela d'un cauchemar... j'ai vu pire ! Enfin, vous allez comprendre pourquoi ça n'est pas un cauchemar pour moi, vers la fin.

Je ne me rappelle plus si ma mère avait le même visage que celui qu'elle a en vrai pendant les passages de mort, je crois qu'elle n'avait que son vrai visage pendant les périodes où on parlait ensemble (peut-être que je me trompe !).
Cette nuit, j'ai rêvé que ma mère et moi étions à la plage, puis d'un coup, une grosse vague arrivait et ma mère mourrait noyée dans la mer... Il s'avérait que je pouvait revenir dans le temps (ou du moins refaire ce passage) pour la sauver en l'éloignant le plus possible de la vague mortelle. Mais à chaque fois, plus on s'enfonçait dans le rêve, plus il y avait de prétextes pour qu'elle meure ! (Comme si quelqu'un ou quelque chose d'acharnait à vouloir la tuer...) Il me semble qu'après, il y a eu un gros dilemme : si elle mourrait, je vivais. Si je mourrais, elle vivait.
A partir d'ici, je ne me rappelle plus trop mais : il me semble que je suis partie me réfugier dans un poste de police parce que j'étais pourchassée? Je crois que je voulais aussi dénoncer ce qui nous arrivait mais à quoi bon, ils n'allaient pas me croire ! C'est là que j'ai croisé un ami de ma classe, il m'a invité à rester dormir pour me remettre de mes émotions.
Ensuite, grosse élipse mais il me semble qu'à la fin, je meurs? Je sais plus trop si je me réveille avant ou après ma mort ou si elle meurt enfin bref. Je me rappelle d'une discussion qu'on avait eue avant la fin du rêve où je lui disais : Mais maman, moi je suis jeune, j'ai encore du temps devant moi, je peux pas mourir maintenant ! Elle me répondait en gros qu'elle aussi voulait vivre. J'était tellement culpabilisée par ses propos qu'il me semble (je dis bien qu'il ME SEMBLE) être morte à sa place enfin, je sais plus trop pour la fin.
En me réveillant, je ne pleurais pas mais j'étais plus choquée qu'autre chose. Mon père n'était même pas dans le rêve


Merci d'avance de m'aider à donner un sens à ce rêve !
K
------------------------
 
Bonjour,
 
pour que ce que je vais écrire soit compréhensible, il faut d’abord que je définisse le mot « J’aime », que j’utilise dans un sens particulier : Le J’aime, c’est notre inconscient, (on le nomme aussi l’âme) mais comme c'est la part de nous qui aime, je préfère l'appeler le J'aime, parce que personne ne sait ce qu'est l'inconscient, alors que tout le monde sait ce qu'est l'amour. Dans notre conscient, nous sommes inconscient de notre J’aime. A moins d’apprendre à dialoguer avec lui, ce qui est très possible. Les J’aime peuvent communiquer entre eux de toutes les façons,  via notre conscience ou via nos rêves, même entre des personnes qui ne se connaissent pas et habitent à des milliers de kilomètres. Mais parce que nous ne sommes pas conscients de notre J’aime, il est obligé, pour avoir une chance d’être intelligible, de passer, le plus souvent, par nos rêves, dans un langage qui nous est hermétique si nous ne communiquons pas avec lui au réveil.
   Cette définition apportée, voici mon analyse : Comme tous les rêves mettant en scène de l’eau, il est question ici de spiritualité : de communication avec l’autre monde, ou de communication entre plusieurs J’aime. En l’occurrence, très précisément, il s’agit là d’une communication entre deux J’aime d’anges gardiens. Oui, les Anges ont aussi un J’aime.
  Il faut savoir que lorsqu’on va s’incarner, on se choisit quelqu’un, dans l’autre monde, puisqu’on s’y trouve aussi, qui va être notre ange gardien. Et cet ange gardien nous choisit aussi, c’est donc un choix mutuel, qui se fait dans des conditions de conscience très différentes d’ici, c’est-à-dire avec un accès à la connaissance globale, que nous perdons en naissant. Nous savons beaucoup plus de choses dans l’autre monde, nous avons même accès à tout ce qui est. Nous écrivons notre chemin de vie, que nous appelons ici-bas notre destin, avec ses montagnes (les choses que nous n’avons pas dépassées ou accomplies dans nos vies précédentes)  et ses jardins (les moments de ressourcement pour avoir le courage de franchir d’autres montagnes). Ce destin est écrit, et est le plus court chemin pour réussir ce que tout J’aime qui s’incarne veut réussir : s’élever spirituellement en prenant et en donnant le plus d’amour possible. Mais nous avons notre libre-arbitre et nous pouvons donc sortir de notre chemin,  ce que nous faisons très souvent, soit parce qu’une montagne nous semble infranchissable dans notre conscient (et dans ce cas, nous la contournons mais notre J’aime s’arrange toujours pour ne remettre en face d’elle : il est venu pour la franchir)  soit parce que nous pensons avoir trouvé un raccourci. Mais le destin que nous avons écrit étant une droite, le chemin le plus court pour réaliser nos ambitions spirituelle, dès lors que nous sortons de cette droite, nous allongeons le chemin au lieu de le raccourcir.
  Cette droite, nous pouvons aussi la figurer en escalier. Nous montons les marches une à une. Et un ange gardien, loin d’être un guide (gros mot pour les anges ! Guide se dit führer en allemand) ou un garde du corps, est un point de repère dans cet escalier. Il se place à un point que nous nous sommes donné pour but d’atteindre. Qu’il s’agisse d’une étape ou du but final. En réalité, quand il y a choix (mutuel, donc) d’un ange gardien, celui qui s’incarne est celui qui doit monter l’escalier qu’il a tracé lui-même dans la connaissance globale, c'est-à-dire qu’il n’a pas pu écrire quelque chose d’impossible pour lui, même cela lui semble irréalisable une fois incarné. Il l’a écrit pout se dépasser, être fier de ce qu’il aura accompli, et se sentir, de  ce fait, capable d’accepter définitivement l’idée qu’il s’est bien élevé spirituellement. Celui qui doit monter, donc, place l’ange gardien sur telle marche de l’escalier, qu’il vise. Et L’ange gardien a pour mission d’aider celui qui s’incarne à monter là où il l’a décidé, ce qui l’élever lui aussi, dans un autre escalier qui est le sien. L’ange gardien est un flambeau, une torche, une lumière, mais pas un guide, car un guide fait les choses à la place de l’autre, et l’autre n’a rien acquis tout seul, que fera-t-il sans ange gardien ?
Il faut aussi dire qu’un ange gardien, c’est le terme consacré, mais ce n’est pas forcément un ange du ciel, je veux dire par là un ange qui sait qu’il est ange définitivement. Quand on arrive là haut, personne ne nous dit «  tu es un ange », c’est nous, qui, de retour dans la connaissance globale, réalisons exactement ce que nous sommes. Nous sommes les seuls alors, à pouvoir nous dire que nous sommes un ange ou pas, car nous ne pouvons pas mentir ni nous mentir une fois que nous sommes dans la connaissance globale. La connaissance globale est la connaissance du Tout. Si on pouvait mentir une fois dedans, ce ne serait pas, par définition, la connaissance du Tout. Ce serait une connaissance imparfaite. Si ce n’est pas un ange du ciel, c’est nécessairement quelqu’un qui peut se placer plus haut que soit dans l’escalier. Tout existence servant à s’élever pour espérer devenir un jour un ange soi-même, on ne peut viser la même marche que la sienne ni des marches en dessous. Donc, par rapport à nous, puisqu’il est plus haut, c’est un ange.
  Lorsque nous arrivons à rejoindre notre ange gardien, nous avons fait notre travail avant la date prévue, et nous changeons donc d’ange. Nous en choisissons un nouveau (qui nous choisit aussi), plus haut encore, et partons à l’assaut de sa marche. Pour monter encore plus que prévu. Il y a aussi des anges qui sont seulement à des étapes, comme je le disais, et pas le but final. Là aussi, quand nous l’atteignons, nous en changeons.
  Je ne vous raconte pas tout ça pour étaler ma science, mais pour que vous compreniez le sens de votre rêve, et si vous m’avez bien lu, vous avez maintenant tous les outils pour cela. Car ce qui se passe dans votre rêve, c’est un échange entre le j’aime de deux anges.
  Dans l’immense majorité des cas, le choix mutuel se fait entre deux personnes qui n’ont pas eu de vécu commun pour augmenter la richesse de l’échange, grâce à la découverte et la nouveauté. Cependant, c’est très rare, mais il arrive que des J’aime soient si proches, si fusionnels, qu’ils fassent tout ce qu’ils peuvent pour être réunis dans ce tandem incarné/ange. C’est caractéristique de beaucoup de jumeaux, par exemple, lorsqu’on les voit inséparables dans la vie. Cependant, cette union, si elle rassure au début d’une incarnation, trouve ses limites dans le sens où l’amour qu’on a l’un pour l’autre pousse très fort à rejoindre l’autre sur sa marche. C’est un peu, en quelque sorte, mettre un turbo à cette élévation, mais c’est également un peu « tricher », dans le sens où l’on ne sait pas si on aurait pu monter aussi vite aussi haut avec une personne avec qui on n’aurait pas eu ce magnétisme si puissant. Et le J’aime, qui est souverain de ce que nous sommes, s’il tolère que nous nous donnions cette jolie « béquille » affective, ne se satisfait résolument pas de cette montée parce qu’elle ne lui permet pas un acquis définitif, sans faille, du travail accompli.  Cela le remet donc en question et voudrait dire, pour bien faire, une nouvelle incarnation, une nouvelle vie, pour une acquisition parfaite du chemin parcouru.
 Dans ce cas, que se passe-t-il, si le J’aime ne veut pas attendre de se réincarner pour cela ? Il se passe la même chose que lorsqu’on atteint la marche de son ange gardien, pour tout le monde : On en change. Et ce moment est souvent très difficile, parce qu’on se sent vide un moment, voire abandonné. Il y a un laps de temps pendant lequel effectivement, nous n’avons pas d’ange gardien. C’est court, en général, mais c’est déstabilisant. Et quand on est très fusionnel avec l’ange qu’on « quitte » (on ne le quitte pas vraiment, mais on a cette impression momentanée, il reste à sa place et nous pouvons lui parler et échanger  avec lui comme avant même si nous montons) cela peut donner des rêves de panique, qui ne sont pas , pour autant, comme vous le décrivez vous-mêmes, des cauchemars, parce qu’ils nous donnent un sentiment de progression, de qualité de réalisation de nous-mêmes, tout en nous laissant aussi un ressenti qui peut être déchirant quelque temps.
 
  Vous l’avez compris, je pense, votre maman est votre ange gardien, vous l’avez rejointe sur votre escalier, et vous êtes en train d’avoir l’impression de vous lâcher la main. Ce n’est qu’une impression. En revanche, vous allez bientôt faire la connaissance d’un nouvel ange, qui sera là pour vous aider à  obtenir la fierté authentique du chemin accompli et de celui qu’il reste à faire. Savoir que cela ne change rien à votre lien avec votre maman, à sa puissance fusionnelle, vous aidera, je crois, à passer cette étape difficile, que je comprends très bien pour l’avoir vécue. J’ai changé d’ange gardien, mais celui je n’ai nullement perdu le contact avec celui d’avant.
De là votre impression que si l’un meurt, l’autre vit, et vice versa. Votre conscient a peur que cela veuille dire quitter carrément votre maman. Mais votre J’aime cherche à vous rassurer en vous laissant une insatisfaction dans votre conscient : votre père vous manque dans ce rêve. Votre père, avec qui c’est si facile de rire, votre père, qui est synonyme de légèreté manque. Votre j’aime vous dit là (ou est-ce le J’aime de votre père, ce qui n’aurait rien d’étonnant ?)  : « Et alors ? Mets un peu de sourire, de légèreté là-dedans, il n’y a rien de dramatique, au contraire, il y a un merveilleux voyage avec un miracle dedans : ce n’est pas parce que tu partiras que tu t’éloignerais de qui que ce soit. Appelle la joie de ton père sur ce tableau noir, car tu t’élèves et c’est une grande nouvelle qu’il faut fêter ».
 
Ce rêve /cauchemar, c’est juste la peur de changer d’ange, et le vide temporaire qui va avec. Soyez heureuse, car vous aurez encore plus de lumière qu’avant, et vous escaladerez des montagnes que, même dans la connaissance globale, vous ne pensiez pas pouvoir gravir directement dans cette vie.
 
Personne ne meurt dans tout ça. Un J’aime est immortel. Profitez en bien.
Luc
---------------
Merci beaucoup pour cette longue réponse ! J'avoue avoir versé des larmes parce que c'est vrai que j'aime tellement ma mère, quand je suis avec ma Psy je ne parle limite que d'elle et de ses problèmes de stress qui m'inquiètent
Mon père je l'aime aussi mais je ne ressent pas quelque chose d'aussi fort qu'avec ma mere
Merci encore !!
K
-------------------
vous aideriez mieux votre mère, je pense, si vous ne portiez pas ses problemes, parce qu'alors, vous auriez plus de forces. vous prendriez le temps de vous ressourcer. donc, de donner plus mais pas tout le temps. a bon escient. quand on est ange gardien de quelqu'un on a besoin de lui, oui, mais il ne faut pas oublier que dans son conscient, il ne faut pas faire porter ses difficultés a cause du lien privilégié qui s'est créé. c'est aussi une des raisons qui font qu'on ne prend pas souvent quelqu'un de se famille pour ange gardien. mais plutot quelqu'un qui n'est pas incarné, et qui, depuis sa place au ciel, peut nous eclairer sans s'appuyer sur nous. je pense que c'est aussi pour cela que votre prochain ange a venir bientot ne sera pas quelqu'un d'incarné.
Luc
------------
Je vois ! Merci encore ! C'est vrai que même la Psy me dis qu'elle a l'impression que les rôles sont inversés, puisque pour la détendre je la masse tous les soirs et je lui fais beaucoup de câlins même si elles reste très stressée et énervée dans son quotidien du travail... Le commissariat de police dans mon rêve aussi m'a assez marqué avec mon ami qui m'invitait à rester dormir pour le protéger de ce qui me poursuivait (je ne me rappelle plus très bien)
Enfin, Merci beaucoup à vous de prendre de votre temps pour expliquer les rêves et expliquer les émotions qui me submergent si facilement ! Jai tellement du mal à parler à ma mere des fois de mes problèmes émotionnels parce que je pleure à chaque fois haha! Enfin, Merci encore haha !
Aussi, mon père n'étant pas stressé et aimant son travail, je ne ressent pas le besoin de lui faire de même et je ne pense pas que jen aurais envie de toute façon alors que je l'aime très très fort là n'est pas le problème haha
K
--------------
 
vous me parlez de la question du poste de police, parce que je ne l'ai pas développé. et vous aimeriez bien que je vous en donne aussi le sens. là, il s'agit des anges. vous allez voir les anges, et vous leur dites 'mais je ne veux pas quitter ma mère". comme si vous alliez vous plaindre de quelque chose qui n'est pas juste aupres des plus hautes instances de l'autorité. mais c'est votre conscient qui ne trouve pas cela juste, parce qu'il ne comprend pas que vous ne perdez rien, et qu'au contraire, vous y gagnez.
en revanche votre J'aime sait qu'il n'y a rien de perdu et tout à gagner, les anges le savent aussi puisque de là où ils vous voient, ils sont dans la connaissance globale et ils voient exactement où vous en êtes. aussi, ni les anges ni votre J'aime ni le j'aime de votre maman n'agissent pour que la situation reste comme avant.
L'ami qui vous rassure et chez qui vous dormez, meme s'il a le visage de quelqu'un que vous connaissez dans la vie, c'est votre nouvel ange gardien, qu'en fait, vous ne connaissez pas encore, mais qui s'annonce ainsi ( un ange gardien est chez lui quand il est chez vous et vous etes chez vous avec lui, donc, quand vous dormez avec lui vous etes en securité)
votre J'aime vous dit donc : n'aie pas peur, tu ne seras pas longtemps seule.
ce qui vous poursuivait, c'était votre propre peur, parce que vous ne compreniez pas ce qui était en train de se passer, et qui était très positif en realité. 
et merci de tous vos mercis. ils sont bien agréables. Un travail avec une personne , pour comprendre ses reves ou pour l'aider à aller mieux si elle le veut vraiment, c'est un échange, ce n'est pas dans un seul sens. et ça donne envie de continuer, pour vous, pour les autres, pour soi.
Nous pouvons, si vous le voulez, dépasser le cadre de ce post qui est là pour le décryptage des rêves, et je peux vous aider à aller mieux par rapport à vos pleurs incontrolables. A comprendre ce qui se passe en vous, pour pleurer en sachant ce qui se passe et ne plus être autant le jouet de vos émotions. dites moi si vous voulez que je vous aide sur ce plan, ici.
Luc
 
---------------------
Ouahh, vous assurez ! Haha ! Merci encore ! Vous êtes très compétent et c'est très gentil à vous de m'aider à comprendre un peu ce qui m'arrive autant niveau émotionnel qu'au niveau rêves ! J'ai toujours été très émotive mais depuis quelques années je pense au moment où je vais me retrouver seule, autant dans mon chez moi, autonome, que lorsque ma mère et mon père ne seront plus de ce monde (alors qu'ils ont encore de treeeees longues années devant eux, mais jai une tendance à penser au pire et à pleurer dans mon lit, ouahh!haha)
Je suis toujours là, à dire que je veux être autonome et voler de mes propres ailes le plus vite possible mais finalement, plus je reste, moins je pleure et le plus je me sens à l'aise et en sécurité et couverte d'amour même si on crie souvent à cause du stress quotidien que ma mère a et que Jai aussi de par le lycée à la maison.
Le fait aussi que je vive ma vie à travers les autres à un impact sur la vie que je mène, enfin bon !

Merci encore à vous, je ne peut que vous remercier de votre attention ! Que pourrais-je vous dire d'autre haha ! Bonne soirée à vous cher Luc !
K
-----------------
je vous en prie. c'est un travail mutuel
vos reves débordent dans votre vie, et vous en pleurez beaucoup, il est normal d'en parler sur ce post et d'essayer de trouver une solution. interpreter les reves, c'est bien, mais nous pouvons faire plus que ça quand nous savons ce qui est possible, et en priver ceux qui ont une souffrance comme celle-là, ce n'est pas au bénéfice de celui qui peut aller mieux. Ce n'est pas non plus à celui des gens qui souffrent de la meme chose ( j'en ai rencontré) et qui pourraient aller mieux en découvrant comment faire pour cela. Pourquoi devoir le faire en mp quand, en restant disponible en public, tout ceux qui auraient envie d'essayer le pourraient sans que qui que ce soit, à part eux, ait besoin d'intervenir ?

Luc

----------

C'est vrai que je vais beaucoup de rêves qui me marquent un temps et qui sortent de ma tête apres parce que je ne cherche pas plus loin, mais je devrais justement chercher plus loin ! Peut-être cela m'aidera-t-il à comprendre le sens de mon émotivité, de mon caractère sensible et trop généreux (à l'être beaucoup trop, on se fait avoir...) etc. J'aimerais pourtant être moins vulnérable! Et pourtant ! Je ressent tout le temps cette vulnérabilité où que je sois ! Même dans mes rêves ! J'ai tellement peur qu'on se moque de moi ou que l'on dise des choses, que je me prive souvent et je le ressent dans mes rêves ! Mon "J'aime" comme vous le dites si bien, semble me parler et me dire que cela n'est pas bien à travers des rêves que malheureusement jusqu'ici je ne faisait pas interpréter, ce que je ferait à présent lorsque l'un d'eux me touche ou me marque tout particulièrement
K
------------
Ce que je vais vous dire là peut aider d’autres personnes qui souffrent de cela. C’était le cas de mon fils : il pleurait assez souvent ( il a 18 ans ) a la simple évocation de thèmes qui le touchent, qu’ils soient positifs ou négatifs. Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux et ça va en s’améliorant encore.
  Pour comprendre comment faire pour allez mieux sur ce point, il faut suivre cette idée que j’explique souvent : nous avons en nous comme une citerne. Qui se remplit de nos peines. Quand nous sommes petits enfants, ou bébés, nous savons la vider parce que les pleurs sont notre mode de communication avant le langage parlé. C’est alors comme si nous avions à volonté accès au robinet de cette citerne, et nous pouvons la vider dès qu’elle nous pèse trop.
  Mais en grandissant, on oublie où est le robinet. Parce qu’on nous dit qu’on ne pleure pas quand on est un  grand, entre autres. Et la citerne ne peut plus se vider comme avant. Le poids de nos peines s’accumule, elle sort autrement que par le robinet. Par nos colères, nos cris, nos stress… Lorsque nous vivons des choses difficiles (les cris de votre mère a la maison, sa douleur que vous partagez parce que vous voudriez l’alléger mais vous ne vous rendez pas compte qu’en agissant ainsi vous multipliez la souffrance par deux, il y a celle de votre mère et la vôtre) nous accumulons des douleurs ; et tout ce qui nous arrive nous émeut plus que de raison parce que nous sommes sous pression. Cela augmente tous les ressentis. Et il  arrive un moment où nous sommes tellement emplis de nos peines et de celles des autres (d’autant plus que vous, vous dites que vous vivez par les autres, donc, vous prenez encore des souffrances supplémentaires), que tout ce qui entre en nous va dans la citerne. Nous le mettons au même endroit, parce qu’il n’y a plus que ça en nous.
C’est ce que nous croyons. Parce que nous avons une seconde citerne. Qui est celle où nous avons oublié que nous devons y déposer ou y faire transiter tout ce qui est bon. Et nous devons apprendre a le garder, parce que ce qui est bon, c’est de l’air, c’est de l’oxygène, c’est ce qui nous allège, qui nous aide a porter la citerne. Au lieu de compartimenter ce que nous recevons, nous mettons tout au même endroit, habitués que nous sommes à recevoir et a retenir le négatif des autres ; non seulement pour les sauver, mais avec l’espoir secret et pas très conscient qu’ils vont nous en être reconnaissants, qu’ils vont nous aimer pour cela.
Le problème vient du fait que vous ne vous aimez pas pour ce que vous êtes. Vous attendez qu’on vous aime pour vous aimer, alors que vous le pouvez déjà, vous avez tellement fait pour les autres. A commencer par votre maman. Au point que je me demande si je ne me suis pas trompé dans mon interprétation, et que je me demande si ce n’est pas plutôt vous qui seriez l’ange gardien de votre maman, ou plutôt, si ce n’est pas vous qui l’auriez été jusqu’à maintenant. Et que votre J’aime ait décidé de cesser de l’être, autant pour le bien de votre maman, qui a besoin de se savoir capable de gerer son stress toute seule pour pouvoir a l’avenir le dominer sans vous, que pour votre bien à vous, car vous ne pouvez pas continuer à vivre trop a travers les autres.
Pour aller mieux, il faut que vous vous rendiez compte que votre citerne triste est pleine. Que vous avez une autre citerne a remplir, et qu’il faut faire la distinction au moment ou les émotions ou les paroles rentrent en vous, de les placer au bon endroit.
  Mon fils pleurait parce que sa citerne était pleine et que tout ce qu’on lui disait d’émotivement important allait dans sa citerne triste. Ce qui la faisait déborder. Donc, il pleurait.
Vous avez beaucoup besoin de pleurer les peines des autres, vous y arriverez en comprenant qu’elles ne sont pas à vous et qu’en vous en chargeant, vous les multipliez au lieu de les annuler.
Vous avez besoin de prendre ce qui est bon en termes d’émotion, et de le placer au bon endroit, c'est-à-dire là ou ça vous donne envie, la où ça vous rend légère, heureuse.
Quand vous serez heureuse, vous donnerez le bon exemple à votre maman, et vous lui aurez donné envie d’aller mieux, comme vous. Et en ce sens, même si ce n’est pas vous qui étiez son ange gardien  jusqu’à maintenant, c’est vous qui aurez fait œuvre d’éducation envers elle.
Luc
______
Je vois tout à fait de quoi vous parlez et je ressent tout à fait ce que vous dites ! Comme si une citerne trop remplie de devait de déborder sans que je puisse arrêter cela !
Cela me touche que vous me parliez de votre propre fils, je vois que je suis alors capable de surmonter cela ! Sûrement que la psychologue l'a déjà remarqué ! J'y suis allée de moi même !
Aussi, cela fait sens à présent : la psychologue m'a fait me rendre compte qu'en m'inquiétant pour elle, je multipliait les peines, peut être un déclic s'est déroulé en moi, ce qui aurait provoqué ce rêve ?
Intéressant !
K
 
--------------
Oui, on devrait toujours se pencher sur les rêves qui nous marquent parce que ce sont des messages de notre J'aime ou de notre ange ou du J'aime d'une autre personne, incarnée ou non. et que si tout cela prend le temps et l'énergie qu'il faut pour nous parler, ce n'est pas du tout en pure perte, c'est même,  bien souvent, la réponse à des questions profondes que nous nous posons.
Vous avez besoin de vous aimer pour ce que vous êtes. Pas à travers le regard d'autrui. Vous avez besoin de vous voir sans masque, ni masque pour les autres, ni masque pour vous même, et de vous dire, "tiens, c'est comme ça que je suis ? si j'arrêtais d'en avoir peur ? Si j'acceptais ce que je vois là, est-ce que ce ne serait pas plus facile ? Et pour moi, et pour les autres, qui pourraient enfin m'aimer en connaissance de cause, et non parce que j'aurais été obéissante, ou gentille, ou parce que j'aurais plié à leurs caprices ? " si vous vous aimiez comme ça, ni plus ni moins que ce que vous méritez, vous n'auriez plus peur qu'on se moque de vous, encore moins dans vos rêves.
Qui se moque de qui lorsque vous ne vous aimez pas ? Est-ce que ce ne serait pas vous, la personne qui se moque le plus de vous, finalement ?
Voilà ce que votre J'aime vous suggère maintenant. Écoutez-le, parce qu'il a bien raison !
Oui, cela doit parler à pas mal de gens dans ceux qui nous lisent. Si vous saviez combien je vois de gens qui ont une citerne pleine, et que je fais pleurer juste avec une question.... une question simple, non agressive, mais qui fait ouvrir le robinet. Au début, j'en avais très peur, parce que je ne comprenais pas ce qui se passait. Que c'était moi qui ouvrais le robinet des gens. je leur dis une phrase gentille, quelque chose que je voudrais consolant, ou pour aider à se poser les bonnes questions pour avancer, et ils pleurent. a gros bouillons. Dans un restaurant. Près d'une piscine, en vacances. Dans un bus... et parfois ils me rappellent pour recommencer, parce que ça fait du bien, ils avaient oublié ce que ça faisait. Comme ça soulageait.
je ne savais pas ce qui s'opérait. Maintenant, je sais, alors, je n'ai plus peur. Mais ça ne veut pas dire que j'en suis blasé. Et quand c'est mon fils, alors, c'est encore plus fort.
Heureusement aussi, tout le monde ne pleure pas parce que je dis quelque chose. Je préfère nettement faire rire que faire pleurer.
Si vous saviez, parmi tous ceux que je croise, le nombre de gens qui ne s'aiment pas... Les gens sont orgueilleux, oui, ils ont bien souvent la grosse tête, l’ego surdimensionné, même, quelquefois, mais ils ne sont là qu'amoureux de leur apparence. Ils n'aiment pas du tout ce qui est en eux, si on leur enlève leur masque, ils crient au scandale, ou ils hurlent " je vais bien, je n'ai rien demandé" alors que l'instant d'avant, ils pleurnichaient sur notre épaule selon une longue habitude et une stratégie bien établie, visant à être importants par leurs souffrances, que le monde d'aujourd'hui érige en choses admirables. Les héros d'aujourd'hui sont ces gens qui savent bien souffrir. Qui n'a pas sa médaille de la Souffrance ? demandez-là, elle est gratuite !


Mais pourtant, cette médaille-là, elle ne vaut pas un kopek. En revanche, il faudrait en donner, en or, et chargées de diamants, aux personnes qui savent chercher à jeter leurs souffrances aux orties. Afin de ne plus les porter, mais aussi et je dirais même surtout afin de ne pas les faire porter aux autres. Les laisser mourir, ces souffrances. S'éteindre. Pour de bon. Et puis retirer tous ses masques pour s’aimer et être aimé tel qu’on est. Se découvrir, s’accepter, et enfin pouvoir se vivre ! car cela, c'est méritoire. et malheureusement, rare. Parce que quand les gens n'ont plus de souffrance, ils croient qu'ils ne représentent plus rien d'intéressant. Que plus personne ne les regardera. C'est dire s'ils se connaissent mal et s'aiment  peu.

Oui, vous êtes capable de surmonter cela. Tout le monde le peut.
Et votre J'aime a profité de ce que votre psy vous a dit, cela s'est ancré dans votre conscient, pour le fait que vous multipliiez les souffrances. Alors, votre J’aime vous a donné ce rêve, pour que vous vous raccrochiez à cette ancre et que vous ayez une meilleure chance de prendre pleinement conscience du problème qu'il faut résoudre absolument : il faut vous aimer plus.
Luc
------------
J'ai actuellement 16 ans et j'ai toujours voulu avoir une explication à propos d'un même cauchemar qui m'arrivait très fréquemment quand j'étais petite (de 3-4 à 7-8-9 ans) je me rappelle que chaque cauchemar que je faisait était le même ! C'était lui !
Je suis dans mon lit. Allongée. Je sens une présence derrière moi, je suis tentée de regarder derrière mon épaule (c'est une ombre avec des yeux) sur le moment, je SAIS que si je la regarde dans les yeux il va se passer quelque chose. Alors je le fais. Pour moi, le "monstre" me "mangeait" le dos alors que cela me chatouillait seulement.
À chaque fois que je le refaisait, je me disais
h non pas encore ! Ça le faisait à plusieurs endroits chez moi, devant mes parents, dans le couloir, je ne pouvais pas crier rien.

À savoir que ça ne m'arrive plus mais que j'aimerais juste avoir une explication possiblement !
À savoir aussi que dès lors que je fais un cauchemar, je sais me concentrer pour sortir de ce dernier et jen sort toujours.

Merci d'avance !
K
------------
Il est clair que cette présence n'est pas agréable, ni bénéfique. il s'agit en plus d'une visite redondante. C’est typique d'un EBA. Un EBA, esprit de basse ascension, est une entité qui cherche un passe partout, en quelque sorte, pour s'installer dans votre esprit pour y semer le sombre et vous conduire à la dépression, parfois même, cela dépend du type d'EBA et de votre fragilité possible, jusqu'au suicide. Vous dites que vous regardiez derrière votre épaule, et je pense que c'était du coté gauche que cela se passait, n’est-ce pas ? Le J'aime nous place toujours, quand nous sommes en apprentissage ou quand nous ne savons pas ce qu'est un eba, de façon à ce que les eba soient à notre gauche, pour que nous puissions le repérer et l'éjecter. Les eba, au contraire des anges, sont proches de la matière, et ce sont eux que l'on voit sur les "photos surnaturelles", quand elles ne sont pas trafiquées. et vous remarquerez que les ombres, les formes humaines, les images étranges sont la plupart du temps sur la gauche de la photo. Notre J'aime, quand il nous fait photographier ces choses là, nous place de façon à ce que l'eba soit sur la gauche. Très pratique pour savoir si on est en face d'un ange, comme c'est parfois annoncé, ou en face d'un eba.
L’eba qui vous a visitée (vous devez être une cible bien intéressante pour qu'il ait manifesté tant d'insistance) a trouvé son maitre : vous. Car, votre J'aime a pris la main, et vous l'a donnée. Pour que vous puissiez rester maitresse de la maison de votre esprit et que vous sachiez, en cas de cauchemar, en sortir par volonté consciente. En bref, vous êtes consciente par moment de votre J'aime, et vous travaillez complètement avec lui. Diriger ses rêves, ça n'arrive pas à beaucoup de monde, alors que tout le monde le pourrait en décidant d'écouter son J'aime. En travaillant cela.
 Cela me rappelle que dernièrement, j'ai été agressé en mp, je l'ai dit sur un autre post, par une personne qui était très déçue que je ne puisse pas faire en sorte qu'elle rêve à une personne qu'elle voulait voir en rêve. C’était une chose à laquelle je ne croyais pas jusqu'à ce qu'en en parlant hier avec mon amie, elle me dise qu'elle avait connu une personne qui décidait de rêver de ceci ou de cela, et qui y réussissait. Formidable, comme idée !  Mais ça n'empêche pas que je ne sais pas faire en sorte qu'une personne rêve à une autre personne. Et je doute qu'on puisse le faire. Mais sait-on jamais ? On voit tellement de choses !
Mais pour en revenir à votre présent rêve, si vous vous en souvenez si bien, ce n'est pas seulement parce qu'il a été redondant, c'est surtout parce que ça a été une victoire. Et c'est très bien que vous en ayez parlé aujourd'hui, parce que sur ce forum, il y a souvent des cauchemars qui sont racontés et si vous vouliez bien racontez ce qui se passe, comment vous faites dans la pratique, je pense que pas mal de gens seraient content de pouvoir, grâce à vous, ne plus se laisser faire par les cauchemars. Et virer les eba en même temps !
Bien à vous
Luc
______________
__________________
Oui ! Cela se passait bel et bien sûr ma gauche ! Ouah !
Oh vraiment ? Étais-je si importante que ça !
Et bien, par exemple, je n'arrive pas vraiment à rêver de ce que je veux parce que je suis souvent trop fatiguée pour y arriver. Quand je fait un rêve, je ne suis pas maître de la situation. Mais lorsque je fais un cauchemar (ce qui m'arrive plus rarement depuis plusieurs années mais qui arrive quand même) j'ai toujours l'impression de SAVOIR que c'est un mauvais rêve dès le début, une ambiance oppressante et stressante ! Alors avant que quelque chose n'arrive, je me concentre au plus profond de moi même, je ferme les yeux je destresse et je n'imagine plus rien autour et je dis : réveille toi réveille toi c'est un cauchemar c'est rien. Des fois je ne dis rien, juste je ferme les yeux et je me concentre très profondément, jai vraiment l'impression que c'est extrêmement profond !
En gros, voila haha !
Merci !
K
______________
Dans un livre de Dolto, j'ai lu qu'en Asie, il y a des gens qui font des expériences sur la conscience dans le rêve. ça m'est arrivé plusieurs fois, alors, je comprends tres bien que ce que vous avez ressenti. Mais peut-être que si des gens qui nous lisent veulent en savoir plus, ils peuvent écrire ici, ou pour raconter, si ça leur arrive, comment ça se passe.
Pour moi, ça s'est passé comme ça. Je m'endors (on peut commencer à travailler cela en comprenant qu'on quitte le conscient pour rêver au moment où on a ce sursaut, vous savez, on va sombrer dans le sommeil, et hop, on a un mouvement brusque incontrôlé. en fait, c'est le corps qui a un reflexe, comme s’il allait tomber, parce qu’en réalité, nous quittons notre corps en partie, quand nous rêvons, c’est une espèce de petite mort, même si évidemment ça n’a rien de tragique, et le corps ne veut pas que l’esprit s’en aille, il essaye de le rattraper. Quand on s’observe en conscience ayant cette réaction, on est dans le début de ce qui peut nous conduire à gouverner notre rêve, ou en tous cas certains de nos rêves, puisqu’on devient conscient que nous quittons notre corps, et si nous sommes en paix et ouverts, nous pouvons assister au début de notre rêve. C’est ainsi que j’ai pu continuer certains rêves dont je n’avais pas eu la fin, parce que réveillé avant. Je me suis dit avant de m’endormir : « Je veux rêver la suite. » et quand j’ai senti le sursaut, j’ai guidé ma volonté vers ce rêve inachevé et j’ai eu la suite. On peut aussi, dans cet état de conscience dans le rêve, bien mieux comprendre ce qu’ils veulent dire, parce qu’on est en relation très facile et augmentée avec le J’aime. C’est pourquoi il m’est si facile de répondre et d’interpréter les rêves ici, parce que si on peut-être en conscience dans le rêve (savoir que nous rêvons et parlons avec le J’aime), on peut aussi avec avoir le rêve dans la conscience, c'est-à-dire être éveillé et parler avec le J’aime.  Tout le monde peut le faire s’il travaille sa sensibilité, ce n’est pas réserve à je ne sais quel VIP ou quel personne ayant un «  don » et s’érigeant au dessus des autres en se croyant privilégié, tout le monde peut le faire. Et vous l’avez fait. Et d’autres vont le faire, s’ils nous lisent.
Ce qui m’amuserait vraiment, moi, c’est qu’avec cette méthode, les gens dont on aurait analysé les rêves ici se mettent à analyser ceux des autres. Parce que les J’aime sont liés.
Entre vous et moi, le lien entre conscients existe par ce que nous échangeons là par écrit en ce moment même. Mais le lien entre nos J’aime existe aussi et est beaucoup moins limité. Nous pouvons correspondre sur des choses essentielles, qui vont nous aider à nous construire, même si nous ne nous rencontrons jamais et si vous êtes au japon et moi à Langres. C’est pourquoi, parce que vous êtes si ouvertes à votre J’aime, vous me faites confiance parce que ça vous parle, et c’est pourquoi mon J’aime est vraiment heureux de savoir que vous, vous allez, en entendant tout cela, permettre à d’autre gens d’analyser leurs rêves sans passer par moi ni par vous ni par personne.
Ceux qui refusent d’entendre notre dialogue alors qu’il est si limpide, ce sont ceux qui n’ont jamais voulu écouter leur j’aime bien que l’ayant entendu, car personne n’est sans J’aime, et personne ne vit sans avoir un J’aime qui s’exprime. C’est le droit de tout un chacun d’écouter ou non son J’aime. Mais nous avons commencé à montrer ici qu’il existe, et si nous nous y mettons à beaucoup, agissant tous en toute bonne foi, nous pouvons arriver à le prouver.
Oh oui, vous êtes importante pour les eba ! Parce que vous êtes une personne qui peut témoigner de leur existence, et, pire pour eux, de l'existence du J'aime, en chacun de nous. Oh, oui, vous êtes importante ! Et on vous attaquera pour ça, parce qu'on croira que vous avez quelque chose de plus que les autres, et ça créera des jalousies inutiles et infondées. Inutiles et infondées parce que chacun a cela en lui. Et peut s'en servir. Le tout, c'est que ce soit dans le sens de la lumière, de l'amitié, de l'amour. Tout ce qui est moquerie, semblant d'intelligence narquoise, n'est qu'aveu d’incompréhension, qu'ignorance de l'essentiel : l'amour qui est non seulement en soi mais aussi en les autres. Et il faut les respecter. Les deux.
Luc
----------------
Je comprends tout à fait ce que vous me dites là ! Je suis très contente de pouvoir échanger avec vous car, j'en étais peut être consciente au fond de moi, mais j'ignorais un peu tout ça ! Je pensais que c'était normal et que tout le monde sortait de ses cauchemars ou autres ! Quand je raconte que je me concentre pour en sortir on me dit : mais comment tu sais que c'est un cauchemar déjà ?
Bah c'est difficile à expliquer... je le sais, c'est tout !
K
------------------
message de mon J'aime pour votre conscient : "Vous pouvez répondre : quand tu manges une pomme pourrie, comment tu sais que c'est une pomme pourrie ? Bon, ben, si tu le sais, tu ne la manges pas. Moi, je mange pas mon cauchemar, et si j'en ai quand même un morceau dans la bouche, je le recrache."
Luc
---------------
Ouah oui, c'est très vrai ce que vous dites !
C'est juste que ça m'étonnait le fait que j'arrive à me sortir d'un cauchemar ou d'un rêve stressant et/ou triste/énervant... en ressentant vraiment tout au plus profond de moi et que beaucoup d'autres personnes me disent qu'elles n'y arrivaient pas et qu'elles voulaient "savoir" comment je faisais. En l'occurrence je ne sais même pas moi même, c'est comme si je savais ce que j'avais à faire et que je le faisait automatiquement ! C'est devenu un automatisme de me sortir de mes rêves les plus inconfortables à présent !
Aussi, il s'avère que j'ai assez de mal à me détacher du collège dans lequel j'étais, je suis actuellement en seconde dans un autre lycée. J'aurais pu aller au lycée là-bas, mais il s'avère que la filière ST2S (santé) n'y est pas. J'ai passé deux ans (ma 4ème et ma 3ème) dans la même classe avec les mêmes professeurs (il y avait 10 élèves dyslexiques dans notre classe, je ne suis pas dans leur cas). On avait tous adoré l'ambiance qui régnait dans la classe et chaque professeur était très à l'écoute ! Donc on a fait un pétition pour avoir la même classe que l'année passée et les mêmes professeurs. Je suis quelqu'un qui a confiance en elle pour parler devant les gens, entreprendre des choses, mais lorsqu'il s'agit du milieu scolaire, même si j'ose lever la main et poser 40 millions de questions, chacune de mes questions est posée histoire de me rassurer. Exemple : " Monsieur? Est-ce que, si j'ai bien compris, ça veut dire que "ça" = "ça" ?? / - Oui, Répond-il Et ça c'est surtout en maths, cette matière à tendance à vite fait me stresser, et lorsque j'ai un trop de stress enfoui, le seul moyen que mon corps trouve pour le faire redescendre c'est de faire une crise d'angoisse. Après c'est clair, j'suis HS, je m'endors direct, POUF ! Magie ! hahaha.
J'ai besoin d'être guidée du début à la fin dans tout ce que j'entreprends

J'ai personnellement rêvé récemment que je me retrouvais dans la même classe que l'année passée, au collège, mais c'était assez brouillon... Il y avait certains professeurs de l'année dernière, d'autres de cette année, certains élèves de l'année passée, et certains de cette année... J'ai l'impression que je dois interpréter ça de cette façon : Je réussis peu à peu à me détacher de l'ambiance passée, mais c'est pas encore tout à fait ça... Ou alors ?
En tout cas, en me réveillant, je ne me sentais pas tout à fait sereine, j'étais un peu triste, j'avais envie de pleurer mais je n'ai pas pleuré, j'ai ouvert la fenêtre et j'ai arrêté d'y penser.
Avec mes professeurs des deux années passées, (Histoire-Géo/Français et Maths) on s'envoie régulièrement des mails pour se donner de nos nouvelles, aussi.

Comment vous interprétez cela?

Merci d'avance
K
_____________
 
Situation peu commune, que ces 10 dyslexiques dans une même classe. Y a-t-il une raison que vous connaissez à cela ? Les a-t-on regroupés dans un but pédagogique ? ce serait intéressant de le savoir, et aussi dans quel but.
  S’il n’y a pas de volonté de les regrouper par l’administration du lycée, alors, cela sonne tout à fait comme si les J’aime de ces dix personnes s’étaient donné rendez vous pour progresser en commun, se comprendre et s’étudier mutuellement. La dyslexie, c’est un mélange des syllabes d’un mot. C’est amusant, parce que j’ai longtemps eu de la dyslexie, mais pas en parlant, en écrivant. Et le fait de vous écrire cela m’est étrange, et me permet de réaliser que c’est du passé. Parce que depuis que je me suis lancé dans la voie de mon métier de cielapeute, je n’en ai plus du tout les symptômes. Alors que mon métier d’avant, c’était la voix et l’écriture. Oui, du coup, je réfléchis en vous répondant  et je me demande ce qui a fait que cette dyslexie écrite a cessé sans que je m’en aperçoive. Jusqu’à maintenant, où la relation de votre rêve me démontre le progrès que j’ai fait. Et je comprends que depuis que j’ai démarré mon activité de cielapeute, je sais que je suis en plein dans ma voie. Alors qu’avant, être comédien, c’était faire comme si j’étais un autre.
Et pour l’écrit, puisque c’est en écrivant que cela m’arrivait, je n’ai plus de blocage pour parler de choses spirituelles ni pour dire tout ce que j’ai envie de dire, et j’ai fini aussi de faire une psychanalyse écrite, puisque j’ai écrit 4 livres autobiographiques, et qu’ils m’ont libéré des poids qui me faisaient hésiter. Parce que la dyslexie, finalement, c’est un aller retour des mots. C’est une indécision, une hésitation. Une hésitation à s’aimer.
  Je crois que les personnes qui vivent cela sont en butte à leur désamour vis-à-vis d’eux, et que c’est quand ils prennent le risque de faire ce pour quoi ils sont faits qu’ils sont libérés de tout ce qui coince.
En tout cas, c’est ce qui m’est arrivé.
Merci de m’avoir aidé à le comprendre.
Mais bon, c’est votre rêve, qu’il faut étudier maintenant.
Mais votre réalité, déjà, est fascinante. Quelle drôle d’école, cet endroit improbable ou les profs sont à l’écoute. Non seulement pendant, mais aussi après ! Je n’ai pas de statistiques là-dessus, mais il me semble que c’est rare, surtout que vous parlez de contacts conservés avec plusieurs professeurs ! Il est évident, donc, que vous ayez la nostalgie de cette classe. Qui, en effet, était très précieuse, et que  je ne pense pas que vous trouverez à nouveau sur votre route. A moins que vous créiez un jour la vôtre ?
L’adolescence, c’est détruire ce qu’on a autour de soi, ou chercher à s’en séparer, a s’y opposer, pour savoir ensuite ce qui va nous manquer, et, de là, pouvoir construire ce que nous sommes en sachant, par nous-mêmes, et plus par nos parents, ce pour quoi nous sommes faits.
Cette fois, ce n’est pas vous qui avez cassé ou quitté ce qui vous apportait tellement, mais le fait de ne plus y avoir accès vous montre combien cela vous manque, et le fait, aussi, de voir que ce n’est pas une chose courante que vous avez quittée, vous donnera envie de recréer cela pour les autres gens qui viendront après vous, et de valoriser cela comme il faut. Vous avez là une possibilité très grande de rebondir, et de vous montrer à vous-même que vous êtes un formidable amplificateur de la lumière que vous avez reçue dans ce cadre. Déjà, il est clair, en vous lisant, que vous écrivez très proprement, mieux qu’énormément de gens de votre âge, c’est donc que ce que vous avez reçu a été bien donné et bien cultivé par vous, et le sera encore. On vous a donné un exemple. Je ne doute pas que vous le suivrez, et je vais jouer les madame Irma en vous disant que vous ferez encore mieux dans l’exemple que vous donnerez, vous.
Voila pourquoi, comme je vous le disais, vous êtes une cible extrêmement intéressante pour les EBA. Et nous voila donc devant votre réveil, après le rêve que vous venez de raconter. Car quand nous nous réveillons tristes alors qu’il n’y a aucune raison pour cela, c’est qu’un EBA est là, et s’est installé dans la maison de notre esprit comme s’il était chez lui. Vous êtes triste à votre éveil, alors qu’il n’y a aucune raison de l’être. Je pense qu’au sortir de votre rêve, vous étiez très calme, dans l’état d’esprit que j’appelle de « la mer étale ». Mais que dans la seconde d’après, la tristesse vous a assaillie. Vous avez essayé de vous défendre en pleurant, pour vider la citerne (il existe une citerne imaginaire en nous, que j’appelle la citerne des peines). Et puis vous vous êtes dit, non, il suffit que j’ouvre la fenêtre pour jeter l’EBA dehors. Ce qui est très positif car c’est exactement ce qu’il fallait faire : mettre l’EBA dehors, le faire partir de la maison de votre esprit, dont vous êtes seule maitresse et propriétaire.
Un acte très fort, qui vient du fait qu’au lieu de vous débattre avec votre conscient, vous avez fait confiance à votre J’aime pour qu’il règle la situation, et vous avez très bien fait !
Quand votre J’aime vous fait rêver de votre ancienne classe et la mélange avec la nouvelle, c’est tout simple : il vous confirme la valeur de ce que vous n’avez plus, tout en vous montrant que vous pouvez, en le rêvant, le mettre dans ce que vous avez aujourd’hui. Le sel de la vie n’est il pas de réaliser nos rêves les plus beaux ? 
  Toujours avec ma boule de cristal, et mon fichu noir sur la tête,  je vois, je vois…… lol. Je me dis que si vous ne devenez pas prof, vous serez tout de même un jour dans la position de quelqu’un qui enseigne, qui parle à la masse, qui donne la lumière. Et on boira vos paroles ! Ça me semble évident. Moi aussi, comme vos profs, j’aimerais garder le contact, pour que, dans quelques années, vous me disiez comment j’ai vu juste aujourd’hui.
  Je suis bien content que vous sachiez dès à présent dire zut aux EBA, que vous l’ayez expérimenté vous-même sans qu’on vous donne tellement d’éléments. Et je me réjouis que vous soyez quelqu’un qui va donner beaucoup de fil à retordre à un paquet de ces EBA, justement !
Encore une chose. Quand vous dites que vous avez besoin d’être guidée dans tout ce que vous entreprenez, c’est en premier lieu parce que vous voulez être sure d’avoir bien appris, et de ne pas dénaturer ce que vous aurez reçu, pour le jour où vous l’offrirez, enrichi de votre contribution lumineuse.
C’est aussi, même si ce n’est pas dans votre rêve, une façon pour votre J’aime de se placer en face de moi comme en face d’un miroir non déformant pour que je vous dise : « le fait que vous ayez tellement ce besoin, répétitivement, dans tant de domaines, ça a aussi le sens que cela vous gène maintenant, que cela vous rend un peu empotée a vos propres yeux. C’est le signe que vous sortez de l’adolescence pour aller très vite à l’âge adulte. C’est une façon que j’ai, moi, le J’aime de K., de lui faire comprendre que ça suffit comme ça, maintenant, (il passe au tu)  tu es grande, tu n’as plus besoin qu’on t’aime pour t’aimer toi-même. Tu peux y arriver toute seule. Apprendre, oui. Quémander, mendier ta place dans la vie, non. C’était un tic. Il est mort. S’il resurgit, ce sera juste un automatisme. Un mécanisme à stopper. »
Je dirais en sus que cette histoire de crise d’angoisse est la porte d’entrée des EBA dans votre vie éveillée. Nous avons vu leurs entrées dans vos rêves. Là, c’est dans la journée. Le stress vient du doute que vous avez de l’amour que vous méritez. Vous attendez, comme, mathématiquement, on dirait « 1+1=2 », qu’on vous dise « vous plus moi égale vous » dans le sens où vous vous accepteriez enfin comme digne d’amour. Vous doutez terriblement de vous. L’EBA entre par vos doutes, et comme vous le laissez entrer (comme vous laissez entrer un peu tout le monde dans votre cœur pour aider ce tout le monde, dans le but inconscient que ceux que vous aidez vous aiment pour ça, et que donc, vous puissiez un peu vous aimer vous-même aussi) il arrive à tout casser dans le beau chez vous qu’est la maison de votre esprit. En résumé, votre conscient stresse parce qu’il a peur de ne pas être reconnu et accepté, et donc, il fait tout répéter pour montrer qu’il reconnait, qu’il accepte, et qu’il aimerait bien qu’on fasse pareil avec lui. Et parce que vous stressez, parce que vous doutez, l’EBA s’installe profondément en vous, et crée une crise d’angoisse.
Je sais que je passe pour un hurluberlu en disant cela, parce que ça dérange beaucoup de soignants qui ne voudraient pas l’expérimenter parce que leur J’aime leur dit que ça marcherait, et que ça remettrait beaucoup de leurs convictions en question et en danger, mais  les crises d’angoisse, les burn outs, les idées noires, les suicides, sont le fait des EBA. Nous n’avons pas envie d’être tristes au fond de nous. Nous n’avons pas envie de mourir, à la base, aucun d’entre nous. Alors, c’est autre chose que nous, qui a envie de tout ça. Il suffit de s’en rendre vraiment compte pour que cela cesse. Mais si ne nous faisons pas comme vous, c'est-à-dire, si nous ne jetons pas l’EBA par la fenêtre, nous lui donnons une chance de le laisser prendre le contrôle de la maison de notre esprit.
  La prochaine fois que l’envie de faire répéter sans raison vous prend. La prochaine fois que le stress monte, adressez-vous à l’EBA, et dites lui : « Ma parole, il se croit chez, lui, lui ! » Vous n’aurez plus peur dans le noir de vos angoisses, parce qu’alors, vous saurez faire de la lumière dans ce noir en toutes circonstances, le plus facilement du monde.
Vous n’avez plus besoin de guide pour avancer maintenant.  Vous êtes votre propre éclaireuse.
Luc
_______________
Ouah... Votre écrit est puissant ! C'était l’ascenseur émotionnel par ici... lol ! (quelques sourires : "Ouah, mais c'est vrais ! C'est ça, ouah !" quelques larmes : "oh mais pourquoi je pleure là?" Et un grand soupir et un grand sourire à la fin de la lecture : "OUAH !" hahaha ! Vous faites passer beaucoup d'émotions dans vos écrits ! J'espère aussi garder contact et croyez moi que vous aurez de mes nouvelles en tant qu'infirmière ! C'est vrai que j'ai longuement hésité entre prof et infirmière. J'ai étudié les deux cas, dans l'un j'enseigne, dans l'autre je soigne, mais dans les deux, j'aide. J'ai fini par choisir le soin parce que j'ai besoin de voir dans les yeux de l'être aidé qu'il est reconnaissant, aussi parce que j'ai l'impression d'être plus au contact de l'être en lui même que lorsque j'enseigne. Mais il est vrai que j'ai peur de faire mal, je n'ai aucunement peur du sang. En fait, j'ai peur des plaies et des blessures mais seulement sur moi, ça peut paraître absurde mais c'est pourtant vrais ! Sur les autres, je ne vais pas dire que ça ne me dérange pas, j'ai beaucoup d'empathie, mais j'ai tendance à être beaucoup plus "émotive" lorsque c'est sur moi que "ça se passe". Émotive dans le sens 'tomber dans les vaps' par exemple... lol !

Lorsque c'est les autres, j'ai peur de toucher pour faire mal, mais si je dois vraiment m'y mettre, je m'y mets avec tout mon cœur, parce que je sais que la personne ira mieux après, ou du moins, si elle doit malheureusement partir, elle ira mieux pendant un certain temps. Je ne sais pas, je préfère que les gens se sentent mieux grâce à "moi" ou du moins, que je fasse partie de leur réconfort, plutôt que de l'enseignement "pur et dur" même si je suis consciente que l'enseignement possède énormément de qualités aussi !
Seulement, je ne le sais pas moi même, je préfère le soin, le genre de personnes à l'écoute d'un patient, souriante en toutes circonstances, avec des horaires contraignantes, du travail les jours fériés et peu de vacances, d'accord ! Mais si je peut faire partie du réconfort de quelqu'un, c'est le principal pour moi.
Ensuite, pour l'histoire des élèves dyslexiques, nous étions à effectif réduit. On était 20 de souvenir. 10 élèves dyslexiques dans la même classe, oui, c'était à but pédagogique, je ne faisais pas partie de ces élèves dyslexiques mais ces derniers avaient des ordinateurs à leur disposition plutôt que des cahiers pour travailler et noter. (Heureuse de vous avoir fait comprendre quelque chose !
)

Les gens ont tendance à dire que je n'ai pas confiance en moi, seulement, j'ai l'impression d'avoir confiance en moi ! pas totalement certes, mais, comme je l'ai dis précédemment, pour aller vers les gens, je suis totalement extravertie, après j'ai ma part de timidité avec les adultes, mais avec d'autres non. J'arrive quand même à m'exprimer avec les gens que je connait et que je ne connait pas... Après c'est vrai qu'en milieu scolaire et mes 12 000 questions à la seconde, on peut dire, oui, que je n'ai pas une totale confiance en moi, mais c'est parce que comme vous l'avez compris et déduit, je veut être totalement sûre d'avoir saisi le truc ! Après pour l'enseigner je sais pas, mais c'est vrais que quand on me demande d'expliquer à quelqu'un et que j'ai un doute, je préfère ne rien dire plutôt que dire des bêtises (appart aux gens que je n'aime pas, qui m'ont fait des crasses et qui reviennent comme des petites fleurs demander de l'aide... pff !).

C'est absolument vrais que j'aimerais être aimée de tous ! Et pourtant, je suis MOI MÊME ! Je reste moi même, totalement, mais lorsqu'une personne que je pourrais potentiellement apprécier, ne m'aime pas, ou du moins n'aime pas la façon dont je fonctionne, j'ai beau dire, non non, ça ne m'atteint pas, je m'en fout, c'est faux. En vrais ça me touche mais terriblement, alors que ça devrait même pas, je suis pourtant consciente que tout le monde ne peut pas nous aimer dans la vie, c'est clair ! Mais voilà.
Aussi, exemple, des critiques qui pourraient faire rigoler certains lorsqu'elles leur sont adressées, ne me font souvent pas rigoler tant que ça, non pas que je soit susceptible, seulement que certaines me blesseront plus que d'autres...

Aussi, je l'ai déjà dis me semble t-il mais je le re-dit parce que cela me semble très important.
Je réfléchis beaucoup trop, faute de confiance en moi aussi j'imagine, il y a pleins de choses que je n'ose pas faire, ou alors que réfléchis trop, je me pose trop de questions et du coup, il n'y a pas d'action, je ne fonce jamais dans ma vie, j'étudie tous les points de vue possibles et au final je ne sais plus quoi faire et du coup, je ne fais rien ! Je me casse les pieds.
K
______________
Quelle boule d’énergie ! Quelle puissance ! Plus nous avançons dans notre dialogue, plus je comprends pourquoi ceux qui veulent le noir veulent baisser la lumière : ça leur fait mal aux yeux !
Pourquoi vous pleurez ? Parce que vous videz la citerne des peines, et que vous aviez oublié ou était le robinet, et donc, qu’on peut la vider. Quand on pleure même quand on est heureux et quand une émotion positive arrive, c’est parce que la citerne est tellement pleine que la soupape de sécurité s’ouvre, aussi. Vous en avez bien besoin, parce que, pour qu’on vous aime, vous vous remplissez de la peine des autres en espérant les en soulager. Mais en réalité, il ne faut pas faire comme ça, parce ça multiplie la peine par deux. Celui qui l’a déposée sur vous pendant quelques minutes les reprend, et vous, vous les gardez pour qu’il ne reparte pas avec. C'est ce que votre j’aime vous dit, quand vous écrivez que vous ne comprenez pas pourquoi telle ou telle chose ne devrait pas vous toucher, que vous devriez vous en moquer. En réalité, il n’est pas question de s’en moquer, mais il est question de ne pas porter les peines des autres, de ne pas non plus les prendre pour soi. Il faut, comme on relierait un fil électrique à la terre, les mettre à la terre. Les rejeter dans le néant. Parce que si vous ne le faites pas, vous perdez tellement d’énergie en portant que vous en avez beaucoup moins pour aider, c'est-à-dire pour montrer aux gens qu’ils doivent s’aimer assez pour ne plus porter leurs propres peines comme un bagage obligatoire. Bon, de l’énergie, vous en avez, c’est pour ça que vous faites comme ça, et c’est là que vous vous faites confiance. Mais vous ne savez pas prendre la lumière des autres pour l’amplifier et la donner à d’autres. Donc, en donner beaucoup plus que maintenant, où vous n’en prenez pas.
Si vous êtes plus empathique pour vous que pour les autres, c’est parce que vous savez que vous soufrez d’un manque d’amour pour vous, que c’est pour ça que vous soignez les autres en essayant de leur redonner l’accès à l’amour qui est en eux, pour eux, et que vous n’osez pas croire que vous pourriez vous-mêmes guérir de cela, que ce serait trop beau, et puis, vous avez tant de gens à soigner, vous n’avez pas le temps pour vous. Mais si vous voyez ce que vous pouvez faire de cette façon là, qui est très réductrice, imaginez ce que vous pourriez faire si vous alliez bien de ce côté-là, imaginez tout l’amour, toute la lumière, toute l’énergie que vous pourriez offrir.
Kemissa, vous prenez, comme tant de gens, les choses à l’envers. Je donne souvent cet exemple pour que les gens comprennent bien le processus qui en touche tellement : si nous prenons l’idée, la comparaison que j’ai déjà donnée sur ce forum, que nous serions tous des étoiles dans le noir de l’espace et que notre lumière serait notre amour, dire « je m’aimerai quand on m’aimera »,  c’est la même chose que dire «  je ferai de la lumière quand on me verra. »
C’est impossible qu’on nous voie dans le noir si nous ne faisons pas de lumière. Donc, il faut commencer par s’aimer pour que les autres étoiles nous voient et viennent  à nous, et aiment notre lumière sans que nous ayons fait autre chose que produire cette lumière. Tout simplement parce qu’elle éclaire, qu’elle est plaisante pour ça, et qu’à plusieurs lumières réunies, on fait plus de lumière que tout seul.
Il faut vraiment que vous avanciez sur ce point, pour que ce que vous avez à donner le soit à sa pleine mesure. La question n’est pas de tendre à ce que tou le monde nous aime, on sait bien que c’est impossible, et puis, il y a le vrai et le faux amour, celui de la télé, du cinéma, et celui que nous avons dans le cœur. Comment être sûr de reconnaitre les deux ? Non, la question, c’est de commencer par s’aimer soi même pour la lumière qu’on fait : la découvrir, l’accepter, la vivre. Voilà les trois clés. Ensuite, on peut en donner bien plus qu’avant à ceux qui en veulent bien. Même si ce n’est qu’à trois ou quatre personnes, c’est parfait. Nous avons alors fait ce que nous sommes venus faire sur terre.
Pour les dyslexiques, très bien. Y a-t-il eu des résultats à cette réunion dans la classe de 10 personnes atteintes ?
C’est bien que vous préfériez vous taire quand vous avez un doute. Vous pouvez cependant parler et dire que vous avez un doute, car dans ce cas, c’est souvent la personne qui résonne à votre propos, et qui lève alors le doute en question.
Votre j’aime vous fait écrire et penser que vous réfléchissez trop. C’est parce que vous avez besoin de travailler votre intuition, pour aider ceux qui souffrent, à commencer par vous, et pour écouter votre J’aime et votre ange gardien si vous en avez envie (vous en aurez besoin si vous êtes infirmière, vous verrez). L’intuition, c’est la première idée qui vient avant qu’on ait eu le temps de réfléchir. On voit une personne, hop, on sait ! on sait, dans l’instant, si nous aurons un échange valable ou non avec elle. Mais dans la seconde qui suit, nous pensons.  Nous échafaudons, nous réfléchissons, ce qui prouve que nous ne sommes pas stupides. Cependant, nous sommes un peu stupides tout de même, parce que nous ne notons pas cette première idée, reçu au début, et nous la mélangeons au reste. Nous ne comprenons pas qu’elle vient de notre ange, de notre J’aime. Et il faut écarter de là les idées apportées par les EBA. Travailler son intuition, c’est travailler notre acuité à ce qui vient juste avant de réfléchir. Car alors, nous sommes en contact direct avec notre J’aime et notre ange, et ce qu’ils ont à nous dire est toujours d’une aide considérable pour soi et pour les autres.
Pourquoi est ce que ça vient d’ailleurs, et pas de nous, quand nous avons ces intuitions dont je viens de parler ? Parce que nous ne pouvons pas savoir. Ce sont des choses que les anges savent, parce que par rapport à nous, ils sont comme sur une colline, et ils voient ce qui va se passer dans les parages immédiats de notre évolution. Notre j’aime est lui aussi en position dominante, parce que c’est notre part d’ange. Nous sommes tous des anges en devenir. C’est la raison de notre venue sur terre. L’ange a juste une vision plus étendue que le J’aime, parce qu’il est plus haut sur l’escalier sur lequel nous  voulons monter pour nous élever spirituellement.
Ce «  tu réfléchis trop » de votre j’aime, c’est juste pour vous dire, si tu arrêtais de vouloir tout le temps plaquer mille réflexions sur ce que je te dis, ou sur ce que ton ange te dit, tu nous entendrais. Et, après avoir noté ce que, l’un et l’autre, nous avons à te dire, tu peux évidemment réfléchir à nouveau. Cependant, si tu as bien noté notre intervention, tu auras beaucoup moins de question, parce que ce que nous aurons dit aura répondu à 95 pour cent d’entre elles. Et tu ne perdras plus de temps à revenir en arrière, à tourner en rond. Là, tu pourras avoir confiance en toi, en connaissance de cause. Pour l’instant, tu te dis que tu as confiance en toi, tu le ressens confusément, mais tu es incapable de te dire que c’est parce que u as une intuition sûre, puisque tu la remets toujours en question. Tu l’entends, tu sais qu’elle est là, mais tu ne l’écoutes pas. C’est là que tu te  et que tu me et que tu nous casses les pieds»
 
Luc
 
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Avr - 11:12 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kmssanorae


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2017
Messages: 17
Féminin
étincelle(s): 22
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 15:50 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Oh, merci !
Je vois ce que vous dites !
Je comprends et je vous remercie.
J'espère arriver à me faire plus confiance et à devenir moins sensible et moins émotive pour le métier d'infirmière parce qu'il est vrais que je serais confrontée à de bien moins belles choses.
Grâce a ce que vous m'avez dit, et ce a quoi vous m'avez fait réfléchir, ce matin je me suis réveillée du bon pied et j'ai ouvert la fenêtre pris une grande inspiration, souris, expiré et remercié le ciel d'être ici !
Et pour le faite que j'écrive bien, déjà merci. Ensuite beaucoup de professeurs me l'ont déjà dit certains ont l'impression que j'ai une plus grande maturité pour mon âge que d'autres. J'aime beaucoup écrire même si je ne pense pas écrire un livre pour autant parce qu'il est vrai que je me lasse très vite des choses qui deviennent assez répétitives à force, mais pourquoi pas.
Et beaucoup de personnes aussi me disent que j'ai beaucoup de puissance dans mes écrits, mais vous en avez tellement aussi, lorsque vous écrivez et que je vous lis, c'est comme si une personne me parlait en vrai et qu'elle me disait plein de choses qui me faisaient avoir plein d'émotions différentes.


Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 18:06 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

moins sensible, ce serait dommage. et je pense, impossible. ça, vous n'y changerez rien, car en admettant que vous y arriviez, ce serait un sacrifice, et s'il faut faire des concessions dans la vie, il ne faut jamais faire de sacrifice. parce qu'on regrette toujours les sacrifices qu'on fait. et ceux pour qui on les fait nous méprisent pour les leur avoir consentis. rester comme vous etes, ne changez rien de ce qui est fondamentalement vous, c'est parfait comme ça.
c'est une bonne nouvelle, pour ce beau réveil que vous me racontez. merci de l'avoir partagé.
oui, vous avez une grande maturité. reste encore a vous aimer a votre juste mérite. encore un peu de chemin à faire... ça s'appelle la vie.
ecrire, c'est tout sauf répétitif. avez vous l'impression de vous répéter, en écrivant ici ? ecrire, ça fait qu'on ne s'ennuie pas. quand on possede son sujet et qu'on est lancé, on commence à écrire, par exmple, à 9h du matin, et à 1h30, on leve le nez, et on se dit, tiens, il va falloir faire à manger ! mais on a ce sentiment incroyable d'avoir commencé dix minutes plus tot.
je suis heureux de vous parler en vrai et que vous fassiez pareil. ne perdez jamais votre vrai !
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Kmssanorae


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2017
Messages: 17
Féminin
étincelle(s): 22
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 18:57 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Je suis d'accord avec vous !L'écrit est répétitif du moment où on doit écrire, selon moi, un livre racontant une histoire (j'aime beaucoup écrire dans des cahiers quelques bouts d'histoire) mais d'écrire un roman entier racontant une histoire et une même histoire, serait pour moi répétitif et sûrement lassant. Mais cela est sûrement parce que je n'ai jamais trouvé de sujet qui puisse vraiment m'intéresser au point d'écrire sans m'en lasser !
Oui ! Je resterais moi même, ma propre mère est comme cela, et elle a 38 ans !


Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 20:10 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

pourquoi ne pas écrire des nouvelles, alors ? si vous le faites, je pourrais vous imprimer quelques exemplaires, comme je le fais pour mes livres. je ferai ça gratuitement, pour le plaisir de vous voir achever quelque chose de beau.
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Kmssanorae


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2017
Messages: 17
Féminin
étincelle(s): 22
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 21:49 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Oh wowwww vous êtes trop gentil !
Merciiii !!
Ça me donne envie d'écrire ça ! Très bien !  J'écrirai, et je vous demanderai votre avis puisque je n'ai pas du tout la science infuse sur tout ce qui est écriture de nouvelles ou d'autres récits. Et vous pourrez m'indiquer ce qui est bon, ce qu'il faut, ce qui devrait être plus argumenté,  du moins ce que vous pensez à propos de mon écrit s'il est bien, s'il est fort et si vous estimez qu'il mérite d'être apprécié aux yeux des gens, ou pas ! merci beaucoup !
 J'estime que vous en connaissez beaucoup plus que moi à ce niveau là, et comme je vous connais de mieux en mieux je sais que vous me serez d'une grande aide 


Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Mar 18 Avr - 22:48 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

je suis là, pas de soucis, et c'est un honneur que vous me faites.
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Kmssanorae


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2017
Messages: 17
Féminin
étincelle(s): 22
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Sam 22 Juil - 10:54 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Bonjour ! Aujourd'hui, un autre rêve qui m'a franchement marqué...J'ai fait un rêve qui tournerait limite au cauchemar, Jai encore une fois rêvé de la mort de ma mère, mais là c'est le pire rêve de ma vie.
Tout était connecté : c'est comme si sa mort était aujourd'hui, dans la vraie vie. Je veux dire : dans mon rêve, il y avait des éléments de la journée d'hier etc...
Ma mère était morte et mon père et moi on ne savais pas comment. Autant vous dire que tout le long du rêve j'ai pleuré pleuré, je ne m'en suis pas rendue compte sur le moment mais les autres (mon père, la famille...) n'avaient pas l'air plus touchés que ça.
J'avais réussi à demander à mon père si il avaient retrouvé le corps de maman et si ils allaient faire une autopsie pour savoir comment elle était morte. Il m'a dis oui on le saura avant la fin de l'année.
C'est à ce moment là que le détail d'hier apparaît (ma mère a pris de dangereux coups de soleils sur tout le corps et elle a blagué en disant : ça se trouve j'vais avoir un cancer moi). Je dis à mon père : Papa ça se trouve elle est morte de ses coups de soleil? Elle avait peut être un cancer ! Et je me remet à pleurer.
Je me souviens avoir été dans une église, je me souviens aussi avoir repensé à un enterrement d'une personne que je connaissais à peine auquel j'étais allé avec mes grands-parents et sachez que ça m'a énormément marqué, je me suis aussi dit que je ne savais pas si j'étais capable d'assister à l'enterrement de ma propre maman.
Le lendemain c'était la rentrée au lycée. Mes amies n'était pas encore arrivées alors je jouait avec une petite maternelle. J'étais triste tout le temps, je pleurais énormément.
En me réveillant j'étais soulagée. Jai dis : oh putain le rêve de ouf... et j'ai été perturbée et puis j'ai pleuré et j'ai pensé à vous pour l'explication !

Merci beaucoup Luc Smile bonne journée à vous !


Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Sam 22 Juil - 11:10 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Bon, à force, et depuis quelques jours, kémissa et moi, nous nous disons tu, maintenant. Alors, on va le faire aussi sur le forum.
ce reve ne veut rien dire en soi a part que tu as reçu la visite d'un puissant eba qui a supérieurement reussi a jouer avec ton imagination. au point que ça t'a semblé réel.
tu peux tout jeter à la poubelle et l'eba avec. sans regarder en arrière.
ce que peut t'apprendre ce cauchemar, car il y a toujours quelque chose a apprendre des attaques des eba, pour les contrecarrer, c'est à trouver des moyens de ne plus te laisser envahir de la sorte dans la maison de ton esprit. je te rappelle qu'elle est a toi et a personne d'autre.
quand un eba arrive a entrer à ce point là, c'est, le plus souvent, parce qu'on a l'habitude inconsciente de laisser la porte ouverte. c'est le cas notamment avec les personnes qui sont fascinées par la télé. La télé, c'est une fenetre ouverte vers les mauvaises nouvelles et c'est aussi un appareil a ne pas penser, ou a penser comme on veut nous faire penser.
la télé nous apprend à avoir peur. elle nous dit de quoi nous devons avoir peur. et aussi elle nous dit quoi acheter, parce qu'elle arrive a nous faire croire que c'est en achetant que nous compenserons les effets de nos peurs.
la télé, c'est la fenetre ouverte vers les eba. ceux qui ont l'habitude de la laisser en ronron tout le temps invitent les eba a s'installer chez eux.
c'est valable aussi, bien sur, pour les ordinateurs, des qu'on s'en sert comme d'une télé, c'est a dire pour etre hypnotisé par les images choc. par les meme mauvaises nouvelles, ou par des pires encore, puisque là, les infos sont encore moins controlées qu'a la télé. c'est valable pour tout ce qui colporte du sombre. la musique hyper agressive, pas seulement heavy metal. la pub, les panneaux de pub partout. la radio pendant les infos.
tout ce qui tourne en boucle dans nos tetes parce que les eba font ce qu'il faut pour nous servir ces disques-là.  
commence par maitriser ce flux, ce sera beaucoup plus facile, ensuite, de fermer la porte.
et commence aussi par te dire que si les eba vont si loin avec toi, c'est que tu as  un fort potentiel à aider les autres, donc, tu es une cible tres importante pour eux. comprends aussi que s'ils t'attaquent, c'est parce que tu les genes ou tu vas les gener. donc, que tu leur fais peur ! comment pourrais tu avoir peur de ce qui a peur de toi ?
comprends aussi que si tu es si fort ciblée, c'est que tu es sur la bonne voie.
et là, quand tu auras fait tout ce chemin là, tu pourras te mesurer aux eba en les regardant d'ou tu es, c'est a dire de haut. tu pourras leur envoyer ta lumière pour qu'ils cessent de souffrir et de faire souffrir. tu pourras enfin renvoyer leurs souffrances à l'envoyeur, puis, dans le neant.
commence aussi a faire consciemment peur a l'eba. Explique lui que sa mere est morte.et puisque lui, il s'amuse avec toi, amuse toi aussi. mais pas avec sa méchanceté. juste parce que tu es libérée, et que ça fait du bien !
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Kmssanorae


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2017
Messages: 17
Féminin
étincelle(s): 22
Moyenne de points: 1,29

MessagePosté le: Sam 22 Juil - 11:53 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

Je vois, merci !
Quand même cet eba m'énerve, il sait très bien que tout ce qui touche à ma mère e touche profondément dans mon cœur !
Le passage de l'enterrement m'a profondément touchée aussi 


Revenir en haut
Luc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2017
Messages: 178
Localisation: bretigny (21)
Masculin
étincelle(s): 48
Moyenne de points: 0,27

MessagePosté le: Sam 22 Juil - 14:23 (2017)    Sujet du message: reves de K Répondre en citant

si ça ne te touchait pas il ne ferait pas ça.
il faut que tu le vires maintenant et que tu lui envoies de l'amour pour finir le boulot
_________________
La vie, ça sert à faire de la lumière dans le noir.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:57 (2017)    Sujet du message: reves de K

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    cielapeute Index du Forum -> cielapeute -> interprétations des reves Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com